Analyste financier : quel est son rôle, son salaire et quelles études faire ?

Le job d’analyste financier est sans nul doute l’un des plus recherchés par de nombreux juniors et étudiants en finance.

En effet, c’est un métier vaste, intéressant, souvent bien payé et qui ouvre de nombreuses perspectives d’évolutions pour la suite d’une carrière.

Dans cet article, nous vous expliquons tout ce qu’il y a à savoir sur le métier d’analyste financier, les différents types de missions, d’employeurs, les salaires et les études à réaliser pour atteindre ce type de postes.

Comprendre le job d'analyste financier

Qu’est-ce que le métier d’analyste financier ?

Le cœur de métier d’un analyste financier consiste à étudier et retraiter des informations financières pour en tirer des conclusions qualitatives et quantitatives afin de permettre la prise de décisions financières en analysant un potentiel de rentabilité, un niveau de risque, une croissance, des performances passées, etc…

L’analyste financier est donc le point de départ de toute décision financière puisque c’est lui qui va devoir analyser une base de données importante afin de la comprendre et la synthétiser pour sa hiérarchie et / ou ses clients.

C’est donc un métier extrêmement formateur et profondément intéressant car il permet d’une part de réaliser des tâches très diverses mais aussi, et surtout, parce qu’il est crucial dans toute prise de décision, d’où son aspect valorisant.

Quel est le quotidien d’un analyste financier ?

Dans cette partie, nous décrivons les différentes tâches qui peuvent être confiées au quotidien à un analyste financier :

L’analyse des rapports et états financiers

La première tâche d’un analyste financier peut sembler évidente et pourtant, c’est rarement la première à laquelle on pense : étudier les états financiers d’entreprises.

En effet, dans notre définition du métier d’analyste financier que nous avons donné précédemment, nous expliquions que c’est un métier qui consiste à étudier des informations financières. Or, avant même la presse spécialisée, les notes de brokers, de banques, etc… les premières sources d’informations financières sont bien évidemment les rapports financiers officiels publiés par les entreprises.

Par exemple, les rapports financiers de toutes les entreprises cotées sont librement téléchargeables sur leur site internet.

Ces rapports financiers sont de véritables mines d’or d’informations financières et économiques puisqu’ils contiennent nécessairement :

  • Les états financiers de l’entreprise : constitués du compte du résultats, du bilan et du tableau de flux de trésorerie de l’entreprise et qui permettent notamment de mesurer les performances financières de l’entreprise en question.
  • Les notes, annexes et commentaires qui complètent les états financiers :  ce sont généralement ces parties qui sont les plus intéressantes car elles regorgent d’informations non seulement sur l’entreprise mais aussi sur son marché, sa stratégie et la vision de ses dirigeants.

Afin d’analyser convenablement les états financiers d’une entreprise, il faut non seulement de solides connaissances financières mais aussi quelques notions comptables obligatoires.

Pas d’inquiétude cependant, personne ne vous demandera d’être expert-comptable. Vous devez simplement connaître et comprendre ce qui se cache derrière chaque ligne d’un bilan et d’un compte de résultat.

Si je vous parle de chiffre d’affaires ou de bénéfices, vous n’aurez surement aucun problème à expliquer en quoi ces lignes du compte de résultat consistent. Mais s’il s’agit de reprises de provisions ou de goodwill, êtes-vous toujours aussi à l’aise ? Si oui, alors vous êtes prêt pour être analyste financier !

Les travaux de modélisation quand on est analyste financier

L’autre grand aspect du job d’analyste financier consiste à faire des modélisations financières. Si vous baignez déjà dans le monde de la finance alors vous n’êtes sûrement pas surpris de voir cette tâche apparaitre ici.

Si ce n’est pas le cas, ce terme peut vous sembler un peu flou.

Il s’agit en fait pour l’analyste financier de construire des modèles sur Excel afin de simuler un scénario financier. Par exemple, les résultats futurs d’une entreprise, l’évolution de la rentabilité d’un portefeuille, le profil de risque d’un investissement, etc…

Une modélisation financière se base toujours sur 3 piliers :

  • Les hypothèses de départ, appelées “inputs” en anglais : ce sont les hypothèses que vous prenez pour faire tourner votre modèle. Par exemple, le taux d’imposition d’une entreprise dont vous analysez le potentiel de rentabilité, le taux de croissance à long terme de l’économie, le taux d’inflation, etc…
  • La partie calculatoire : ce sont toutes les opérations nécessaires qui vont être appliquées à vos hypothèses. Par exemple, cela peut consister à construire un compte de résultat en déduisant au chiffre d’affaires hypothétique toutes les charges de l’entreprise afin d’en déduire son bénéfice.
  • Enfin, les résultats du modèle, aussi appelés en anglais “outputs” : ce sont les métriques qui vous intéressent d’analyser et donc, ce pourquoi vous avez construit votre modèle. Dans notre exemple, il peut s’agir du résultat net de l’entreprise.

Lorsqu’il s’agit d’analyser une entreprise (et non un projet par exemple), les travaux de modélisation vont donc souvent de pair avec l’analyse des rapports financiers puisque ces derniers permettent de réunir les informations sur lesquelles seront fondées au moins une partie des hypothèses du modèle à construire.

Quel part dans les travaux de valorisation pour un analyste financier

Le travail d’un analyste financier peut aussi l’amener à participer, voire à mener, des travaux de valorisation que ce soit d’entreprise dans leur ensemble ou d’une action en particulier s’il s’agit d’investissements dans des grandes entreprises cotées.

Attention cependant, cette partie du job ne concerne pas tous les analystes financiers mais surtout ceux exerçant dans le domaine du M&A, du private equity ou de la gestion actions.

Dans le cadre de travaux de valorisation, la grosse partie du job pour l’analyste consiste encore à construire un modèle financier basé sur des informations obtenues tant via les rapports financiers de l’entreprise valorisée que via des bases de données telles que Bloomberg, Reuters, etc…

Calculs de ratios, l’une des activités principales d’un analyste financier

Contrairement aux travaux de valorisation qui ne vont pas concerner tous les analystes financiers, le calcul de ratios est, quant à elle, une tâche à laquelle tous les analystes financiers sont confrontés.

En effet, le principe même d’une analyse financière est de comparer les bonnes métriques financières et opérationnelles afin de tirer des conclusions intéressantes. Or, la meilleure manière de comparer des métriques entre elles est bien évidemment d’utiliser… des ratios financiers !

Par exemple, comparer l’EBITDA au chiffre d’affaires pour calculer la marge d’EBITDA. C’est un ratio très basique mais extrêmement utile pour comparer l’efficience d’une entreprise à ses concurrents.

Evidemment, il existe des ratios beaucoup plus complexes et utiles et qui font intervenir aussi bien le bilan que le compte de résultat ou les cash flows.

Les analyses de sensibilité

Cette tâche concerne également la grande majorité des analystes financiers.

En effet, l’analyse de sensibilité une fois un modèle financier construit permet de vérifier les outputs du modèle en modifiant plus ou moins les inputs.

Cela offre plusieurs avantages :

  • De capitaliser sur le travail déjà réalisé d’une part puisque vous n’avez pas à reconstruire votre modèle,
  • De vérifier la robustesse de votre modèle d’autre part, en vérifiant que même en modifiant vos inputs, votre modèle n’aboutit pas à des résultats aberrants,
  • De pousser vos analyses beaucoup plus loin en étudiant une multitude de possibilités, chacune avec des résultats différents.

Par exemple, pour un analyste financier dans le domaine du risque, l’analyse de sensibilité va clairement être au cœur de son activité afin de comparer des scénarii différents et voir leurs impacts en termes de risque.

En résumé, lorsqu’un analyste financier construit un modèle, on lui demande quasi systématiquement de vérifier les résultats de ce dernier avec différents lots d’inputs pour faire une analyse de sensibilité.

La rédaction des comptes rendu d’analyse

Evidemment, un analyste financier doit aussi produire des comptes rendus, notes, études, etc… (appelez cela comme vous le souhaitez) pour mettre sur papier les résultats de son analyse.

Bien que très mathématique, le job d’analyste financier comporte donc aussi un aspect rédactionnel fort.

Par exemple, une note d’analyse sell-side peut facilement dépasser les 50 pages, voire la centaine de page pour une analyse sectorielle complète.

De même, pour soutenir un projet d’investissement au sein d’un corporate (c’est-à-dire une entreprise hors banque ou institution financière, par exemple une entreprise industrielle), il est nécessaire de rédiger un dossier d’investissement complet pour présenter l’opportunité, ses risques, son potentiel, etc…

De manière générale, personne, hormis votre manager, ne regardera le modèle Excel en lui-même. Pour présenter les résultats auxquels il vous aura permis d’arriver, vous devrez donc rédiger une note Word ou PowerPoint.

Le suivi de l’actualité financière et économique

Enfin un analyste financier doit aussi se tenir au courant de l’actualité économique et financière macro (évolution des taux, des indices, etc…) ainsi que de l’actualité de son secteur.

Pour cela, il existe des plateformes et des agences de presse spécialisées comme Bloomberg, Reuters, etc…

Ces bases de données fournissent généralement à un analyste financier toute les données nécessaires pour compléter les informations corporate que l’on peut trouver dans les publications officielles des entreprises comme leurs rapports financiers.

Un analyste doit donc être au fait de toute l’actualité qui pourrait impacter le secteur économique qu’il suit afin de pouvoir adapter ses analyses en fonction des évènements du quotidien.

Dans quels types d’entreprises exercer le métier d’analyste financier ?

Analyste financier en banque

Les premières entreprises à recruter des analystes financiers sont évidemment les grandes banques.

Attention, il ne s’agit pas ici des activités de banque de détail mais bien des activités dites « corporate » ou d’affaires.

Généralement, il est donc question des activités bancaires d’investissements, de gestion d’actifs, de financements que ce soit sous forme de dette (DCM pour Debt Capital Market notamment) ou en capital (ECM pour Equity Capital Market) et évidemment toute la partie conseil comme le M&A.

Un analyste en banque peut ensuite essayer de progresser hiérarchiquement dans sa banque en devenant manager, etc… ou alors finir par chercher un job dans une entreprise hors banque.

Cette deuxième voie offre généralement de très belles perspectives puisque le fait d’être passé par une banque est un gage de sérieux et de compétences techniques pour les recruteurs.

C’est aussi la preuve que vous êtes capable d’assumer une grosse charge de travail si nécessaire car le secteur bancaire n’est pas vraiment connu pour ménager ses analystes.

Bien que difficile d’accès si vous n’y avez pas effectué de stages précédemment, il est important d’avoir en tête que le secteur bancaire est un excellent tremplin pour le reste d’une carrière, presque une voie royale.

Analyste financier en fonds d’investissement

Un analyste financier en fonds d’investissement est généralement spécialisé sur quelques secteurs économiques.

Le quotidien d’un analyste financier en fonds d’investissement est en fait l’archétype de ce que nous avons décrit dans le chapitre précédent : de la récolte d’informations, de la modélisation financière et de la rédaction de notes d’investissements pour faciliter le travail du ou des gérants que vous assistez.

Ces derniers ont en effet la responsabilité de gérer au mieux leur portefeuille afin d’obtenir les rendements les plus intéressants possibles mais pour cela, ils ont besoin d’analyses sur lesquels fonder leur stratégie.

C’est donc là que l’analyste intervient en connaissant par cœur son secteur et les entreprises qui en font partie pour aiguiller le gérant dans ses acquisitions et cessions.

C’est ce que l’on appelle généralement un « analyste buy-side », c’est-à-dire dont le job est d’assister les gérants au sein même du fonds pour lequel il travaille.

Être analyste financier chez un broker

Le job d’analyste financier chez un broker signifie généralement être « analyste sell-side ».

Le fond du travail est strictement le même qu’un analyste buy-side, la seule différence est que ses analyses ne sont pas destinées à des gérants au sein de sa société, mais aux gérants clients de sa société.

L’analyste financier sell-side fournit ainsi des analyses et des notes à ses clients afin que ces derniers, lorsqu’ils passeront des ordres sur les marchés, passent par ce broker qui les ont bien conseillés et pas un autre.

Être analyste financier dans un corporate

Enfin, le job d’analyste financier au sein d’un corporate (ce qui signifie dans le jargon une entreprise qui n’est pas une institution bancaire ou financière) n’est pas à négliger bien au contraire.

Toutes les directions financières de grandes entreprises ont des analystes financiers dont les tâches peuvent être variées : études de risques, de financements, d’investissements, M&A, etc…

Et ces jobs sont bien souvent passionnants. Par exemple, travailler comme analyste investissement dans de grandes sociétés industrielles comme Total, Engie, EDF, Airbus, etc… vous apportera son large lot de défis et d’intérêt au quotidien, avec des problématiques toutes aussi techniques, complexes et passionnantes que si vous aviez exercé en banque.

Nous vous laissons imaginer la complexité (et donc l’intérêt) de travailler sur des projets de financement ou d’investissement dans le secteur de l’énergie avec des infrastructures à plusieurs centaines de millions, voire milliards, d’euros.

Combien gagne un analyste financier ?

Les montants que nous vous indiquons ci-dessous sont strictement d’ordre informatif et la réalité peut évidemment varier en fonction de votre employeur.

Ceci dit, cela reste malgré tout une bonne échelle qui vous donnera une idée des ordres de grandeur de rémunération pour ce type de jobs :

  • La « gratification » d’un Stagiaire sera comprise entre 1000€ et 1500€ par mois.
  • Le salaire d’un Analyste Financier Junior / Analyste Financier se composera d’une partie fixe comprise entre 35k€ et 45k€ par an et un bonus pouvant aller jusqu’à 10% du salaire fixe, soit un package global entre 40k€ et 50k€ par an.   
  • La rémunération d’un Analyste Financier senior sera composée d’une partie fixe comprise entre 50k€ et 60k€ par an accompagnée d’un bonus pouvant aller jusqu’à 15% du salaire fixe, soit un package global entre 55k€ et 60k€ par an.   
  • Le salaire d’un Manager financier sera constitué d’une partie fixe comprise entre 60k€ et 80k€ par an et d’un bonus pouvant aller jusqu’à 20% du salaire fixe, soit un package global entre 70k€ et 100k€ par an.   
  • La rémunération d’un Directeur financier se scindera en deux parties : une partie fixe comprise entre 80k€ et 120k€ par an et un bonus pouvant aller jusqu’à 50% du salaire fixe, soit un package global entre 120k€ et 180k€ par an.   
  • Enfin, le salaire d’un Directeur Administratif et Financier se composera d’une partie fixe comprise entre 200k€ et 300k€ par an et un bonus pouvant aller jusqu’à 100% du salaire fixe, soit un package global entre 400k€ et 600k€ par an.   

Quelles études faire pour devenir analyste financier ?

Master en finance

Evidemment, pour exercer le job d’analyste financier, avoir un Master en finance est une condition quasi nécessaire.

Cela peut être aussi bien un Master d’une grande école de commerce que d’une université reconnue dans le secteur financier, par exemple Dauphine.

Il peut exister des exceptions et notamment, si vous êtes passé par une école d’ingénieur. En effet, les grandes écoles d’ingénieur sont tout de même reconnues dans le monde de la finance, et à condition d’avoir axé vos stages vers le secteur financier, trouver un job d’analyste devrait être possible.

Dans ce dernier cas, si vous souhaitez vraiment mettre toutes les chances de votre côté, un double diplôme avec une école de commerce partenaire (renseignez-vous auprès de l’administration de votre école d’ingénieur, généralement elles ont des partenariats de ce type) ou un Master Spécialisé (les fameux Msc) donneront un sérieux avantage à votre CV.

Les certifications particulières pour être analyste financier

Il existe en outre des certifications qui peuvent améliorer votre CV afin d’attirer plus facilement l’attention des recruteurs.

La plus célèbre est évidemment le fameux CFA pour Chartered Financial Analyst.

Attention, il ne s’agit pas d’un diplôme mais bien d’une certification. Elle ne vous dispense donc pas d’avoir un Master par ailleurs.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le CFA, nous avons un article détaillé sur le sujet disponible ICI.

Il existe quelques autres certifications notamment sur des disciplines spécifiques comme le CAIA, Chartered Alternative Investement Analyst Association, spécialisé sur les investissements alternatifs comme l’immobilier ou le private equity.

Ces certifications vous permettront aussi d’apporter plus de robustesse à votre CV si vous souhaitez exercer le job d’analyste financier à l’étranger, dans un pays où les écoles et universités françaises sont moins reconnues.

Elles parleront en effet à beaucoup de vos interlocuteurs qui verront immédiatement que vous maîtrisez tous les aspects techniques de l’analyse financière même si le nom de votre école ou université ne leur parle pas beaucoup.

L’importance du choix des stages

On ne va pas vous mentir, un bon choix de stage est nécessaire pour commencer sa carrière comme analyste financier.

Essayez dès votre premier stage de 6 mois de trouver une grande entreprise ou une grande institution financière qui sera ensuite un gage de sérieux et de compétence sur votre CV pour vos candidatures ultérieures.

Si vous arrivez à passer par la banque alors cela devrait encore plus faciliter vos recherches futures.

Quelles qualités sont nécessaires pour devenir analyste financier ?

Le goût des chiffres

Evidemment, un analyste financier doit être très à l’aise avec les mathématiques financières et l’utilisation d’Excel.

Si ce n’est pas votre cas, vous pouvez d’ailleurs télécharger notre Guide de l’Excel-lence en Finance qui vous donnera toutes les ficelles pour maîtriser facilement Excel en finance :

Le guide de l'Excel

Maîtrises-tu assez Excel pour faire carrière en finance ?

Découvrez les 70 astuces incontournables pour être plus efficace sur Excel et réussir ta carrière à coup sûr

Ainsi, les notions de taux, d’actualisation, de principal, d’intérêts, de pay-out ratio, etc… ne doivent avoir aucun secret pour vous et vous devez vous sentir comme un poisson dans l’eau.

Les mathématiques financières ne sont pas forcément difficiles, au maximum des calculs de sommes et de puissances, mais vous devez les maîtriser à la perfection.

La rigueur, qualité essentielle d’un analyste financier

La rigueur est surement LA qualité principale d’un analyste financier.

En effet, vous serez amené à manier beaucoup de données et d’informations. Par conséquent, il peut être rapide de se tromper, d’échanger des valeurs, etc…

Or, une erreur de calcul sur des valorisations ou des ratios modifient généralement beaucoup les résultats. C’est pour cette raison que la rigueur est nécessaire.

D’autant plus que le métier d’analyste financier est un job relativement exposé dans le sens ou plusieurs personnes liront vos notes et analyses avec beaucoup d’attention. Comme vous pouvez l’imaginer, ce n’est jamais agréable de devoir envoyer un mail rectificatif car la version précédente contenait une erreur. Rigueur est donc le maître mot !

La curiosité pour un analyste financier

Enfin, la curiosité est une qualité qui peut faire la différence entre un analyste financier et un excellent analyste financier.

En effet, c’est elle qui fera que le deuxième sera tenté d’aller chercher l’information supplémentaire pour rédiger des notes plus importantes et précises que les autres et pour in fine maîtriser parfaitement son secteur de prédilection.

Soyez donc curieux, lisez beaucoup et vous verrez vite que cela paiera.

Vous savez maintenant à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur le job d’analyste financier, n’hésitez pas à nous poser vos questions et partager vos propres expériences en commentaire !

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Téléchargez votre pack OFFERT :

 Le guide "Les 5 secrets pour réussir sa carrière en finance" rédigé par 2 managers seniors

 Le guide "15 conseils pour un CV réussiet nos modèles de CV pré-construits à remplir

👍 Suivez-nous sur LinkedIn pour plus de contenu et conseils :


Tu aimeras surement les articles suivants :

Ils nous citent :

Cnews.fr, le leader français de l'actualité en continue nous cite dans son article sur la réussite d'une carrière financière.

LegaVox.fr, le site juridique de référence en France nous cite dans son article sur les juristes corporate en M&A.

CréationEntreprise.fr, le site de référence sur l'entrepreneuriat nous cite dans son article sur la maîtrise des concepts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}