Analyste M&A : le guide complet

  • Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Analyste M&A : le guide complet

Après plusieurs stages en finance d’entreprise et un master en poche, il est temps pour vous de décrocher votre premier CDI et le poste d’Analyste M&A vous intéresse tout particulièrement. Néanmoins, avant de vous lancer dans cette nouvelle aventure, vous souhaitez en savoir davantage sur le poste d’Analyste M&A.

Et cela tombe bien car vous êtes arrivés au bon endroit. L’équipe The Big Win a rédigé, pour vous, un article exhaustif sur ce poste tant convoité par les jeunes diplômés en finance. C’est dans cet article que vous apprendrez tout ce qu’il faut savoir sur le poste d’Analyste M&A : qu’est-ce que les fusions-acquisitions, les missions d’un analyste M&A, la rémunération d’un analyste M&A, où travailler en tant qu’analyste M&A… bref, après la lecture de cet article, le poste d’analyste M&A n’aura plus de secret pour vous ce qui vous aidera à faire votre choix pour votre premier CDI en finance d’entreprise.  

Le travail d'un analyste M&A

Qu’est-ce que le « M&A » ?  

Le M&A est le diminutif du terme anglophone de « Mergers and Acquisitions » qui signifie, en français, « Fusions et Acquisitions ». Ainsi, lorsque nous abordons le M&A, au sens large du terme, nous faisons donc référence à la fusion entre deux entreprises : une entreprise acheteuse (qui se trouve du côté « Buy side ») et une entreprise vendeuse (qui se trouve du côté « Sell side »).  

Une opération M&A pourra donc adopter plusieurs formes différentes comme par exemple, l’acquisition d’une entreprise cible, la cession d’une entité, la cession ou l’acquisition d’une division d’un grand groupe voir même l’acquisition ou la vente d’un ou plusieurs actifs.  

Il faut savoir que lorsque deux entreprises se lancent dans une opération M&A, elles vont toutes les deux mandater une banque d’affaires qui joueront le rôle de conseiller financier pendant ce processus.  

  • Lors d’une opération dite « Sell side » (côté vendeur), la banque d’affaires accompagne l’entreprise vendeuse.  
  • A l’inverse, lors d’une opération dite « Buy side » (côté acheteur), la banque d’affaires accompagne l’entreprise acheteuse.  

Si vous souhaitez en apprendre plus sur le secteur du M&A, vous pouvez vous rendre sur notre guide complet des Fusions – Acquisitions, disponible ICI ! 

Quelles sont les tâches d’un Analyste M&A ?  

C’est grâce à nos précédentes expériences que nous allons pouvoir vous expliquer, avec précision, en quoi consiste les principales tâches d’un analyste M&A. C’est grâce à cette approche concrète du quotidien du poste d’analyste M&A que vous saurez si oui ou non, ce métier est fait pour vous et s’il est conforme à vos attentes professionnelles. Car oui, entre la lecture d’une fiche de poste et la réalité du job en question, il existe parfois quelques divergences ! Dans son quotidien, l’analyste M&A interviendra sur :  

Le listing des entreprises cibles 

L’analyste M&A devra réaliser des listings des entreprises cibles dans le cadre des opérations de M&A dans lesquelles sa banque d’affaires sera impliquée. Plus précisément, une banque d’affaires a la tâche de trouver des acheteurs potentiels ou des vendeurs potentiels en fonction du type d’opération sur laquelle elle est mandatée (Buy side ou Sell side). C’est par le biais de recherches approfondies que l’analyste M&A sera en mesure de proposer une liste d’entreprises cibles à ses supérieurs. Ces recherches poussées seront, bien évidemment, conditionnées par des critères très spécifiques. Notez que pour ce faire, l’analyste M&A aura à sa disposition différentes bases de données.  

La rédaction des teasers 

Le teaser M&A est un document très spécifique au secteur des Fusions – Acquisitions. Comme son nom l’indique, il a pour objectif de « teaser » son lecteur, c’est-à-dire communiquer assez d’informations pour susciter l’intérêt mais il ne doit pas tout dévoiler pour autant. A ce titre, le teaser M&A est un document d’une page (voir deux grand maximum) qui a pour objectif de présenter une opportunité d’une acquisition ou une entreprise cédante. Vous l’avez certainement déjà deviné mais nous l’écrivons noir sur blanc : c’est effectivement le teaser M&A qui sera communiqué aux entreprises qui ont été ciblées au préalable. C’est, encore une fois, l’analyste M&A qui en assurera la rédaction, aussi bien du côté vendeur que du côté acheteur :  

  • Côté vendeur : le teaser M&A décrira, de manière anonyme, les principales caractéristiques de l’entreprise vendeuse. Le teaser sera ensuite envoyé à tous les acheteurs potentiels de la liste.  
  • Côté acheteur : en Buy side, le teaser M&A décrira, une nouvelle fois de manière anonyme, l’entreprise qui aura mandaté votre banque d’affaires dans l’optique d’une croissance externe (c’est-à-dire acheter d’autres entreprises pour assurer son développement). Le teaser sera donc logiquement envoyé à toutes les entreprises cibles que l’analyste M&A aura repérées.  

Il est également important de noter que le teaser est constamment accompagné d’un « Non Disclosure Agreement » ou d’un « Confidentiality Agreement ». Dans le cas où le destinataire accepte le Non Disclosure Agreement ou le Confidentiality Agreement, il s’engage à ne pas divulguer les informations confidentielles qui lui seront communiquées par la suite. C’est donc après la réception de ce document que la banque d’affaires pourra communiquer le mémorandum d’investissement.   

La rédaction des mémorandums d’investissement 

Une fois les accords de confidentialité signés, la banque d’affaires communique un mémorandum d’investissement de l’entreprise cible aux intéressés. Le mémorandum d’investissement est un dossier complet visant à décrire, de manière très détaillée, l’entreprise cible sous tous les angles : description de l’activité, analyse sectorielle et concurrentielle, états financiers, valorisations financières, etc… Comme vous pouvez l’imaginer, le mémorandum d’investissement sert de base de négociation lors d’un processus M&A.   

Le mémorandum d’investissement est rédigé par l’analyste M&A puis validés par les séniors de la banque d’affaires. Il faut également savoir que c’est un document qui fait un grand nombre d’aller-retour entre top management de la banque et analystes M&A. Ainsi, l’analyste M&A aura la charge de corriger toutes les erreurs identifiées et de passer tous les commentaires apportés par ses managers / directeurs.  

La modélisation des valorisations financières 

La modélisation des valorisations financières est une énième tâche qui animera le quotidien de l’analyste M&A. Son but : estimer la valeur de l’entreprise, c’est-à-dire, déterminer un prix auquel elle pourrait être vendue / achetée. Il faut garder en tête qu’une valorisation financière n’est pas un prix fixe. En effet, c’est un prix indicatif qui sert de base pour les négociations et qui permet d’estimer où devrait se situer le réel prix de l’entreprise. Néanmoins, il faut savoir que les méthodes de valorisations financières les plus couramment utilisées sont : le modèle Discounted Cash-Flow (« DCF), les comparables boursiers (« Trading comps ») et les transactions comparables (« Precedent Transactions »). Comme nous l’avons indiqué précédemment, les valorisations financières sont incluses dans le mémorandum d’investissement. Il est donc très important pour un analyste M&A de connaitre ses méthodes de valorisation sur le bout des doigts.   

La participation aux meetings avec les clients  

L’analyste M&A aura également la tâche très intéressante et constructive de participer aux meetings avec les clients. Cela lui permettra de découvrir les différentes phases de négociations, de rencontrer de véritables personnalités (les directeurs d’entreprises) pour qui il aura rédigé teaser et mémorandum d’investissement et plus globalement, d’avoir une immersion complète dans le cadre d’une opération M&A. La participation aux meetings avec les clients est, selon nous, la tâche qui donne le plus de sens aux travaux préliminaires effectués par l’analyste M&A.  

La réalisation d’analyses financières diverses 

Comme dans toutes les entreprises ou directions financières, l’analyste M&A sera exposé à des travaux annexes divers demandés par ses managers / directeurs. Même si ces analystes financières diverses seront très ponctuelles, elles ont tout de même le mérite d’exister et de permettre à l’analyste M&A de mobiliser / d’acquérir d’autres connaissances.  

Quel profil pour accéder au poste d’analyste M&A 

Après avoir découvert le métier d’analyste M&A grâce à la première partie de cet article, vous souhaitez désormais vous orienter dans cette voie. Néanmoins, avant de vous lancer, il est important pour nous de rappeler que le poste d’analyste M&A n’est pas fait pour tout le monde. En effet, ses missions difficiles et à fortes responsabilités en font un métier demandant une grande implication et nécessitant certaines qualités / compétences bien spécifiques. C’est la raison pour laquelle nous présentons, ci-dessous, le profil type d’un analyste M&A. 

Profil type pour le métier d’analyste M&A 

  • Vous étudiez au sein d’un cursus en finance d’entreprise dans une grande école de commerce, une université ou une école ingénieur, idéalement de premier rang.  
  • Vous avez, à votre actif, plusieurs stages en Fusions-Acquisitions. Les stages en Private Equity, Transaction Services, Direction Financière ou en Audit seront également appréciés.   
  • La maîtrise de l’anglais est courante et la maîtrise d’une seconde langue sera un plus.  
  • Vous faites preuve d’une parfaite maîtrise d’Excel, Powerpoint et Word.  

Hard skills pour un poste d’analyste M&A 

  • Vos connaissances des états financiers sont très précises.  
  • Les méthodes de valorisations n’ont aucun secret pour vous.  
  • Vous savez modéliser un business plan (projections financières).  
  • Vous savez construire des modèles financiers compréhensibles et lisibles par tous.  

Soft skills pour un poste d’analyste M&A 

  • Vous êtes prêts à absorber une charge de travail importante.  
  • Vous avez le souci du détail surtout lorsqu’il s’agit de produire des documents irréprochables.  
  • Vos compétences rédactionnelles et analytiques sont excellentes.  
  • Vous êtes reconnus pour une bonne résistance à la pression et l’esprit d’équipe est une valeur importante à vos yeux.  

Où travailler en tant qu’analyste M&A ?  

La question est plus que légitime pour deux raisons principales :  

  • Il existe une multitude de banques d’affaires aux caractéristiques parfois complètement différentes.  
  • Le métier d’analyste M&A n’est pas uniquement exercé en banque d’affaires. 

Sans plus tarder, nous dévoilons, ci-dessous, les différents établissements où nous retrouverons le poste d’analyste M&A.  

Les banques d’affaires pour un analyste M&A

Dans le secteur des fusions-acquisitions, il faut savoir qu’il existe quatre grandes catégories de banque d’affaires que nous communiquons ci-dessous :  

  • Les « Bulge Bracket Investment Banks »: plus couramment appelées “les Bulge Brackets », cette première catégorie de banque désigne les plus grandes banques d’affaires mondiales. Elles ont la capacité de proposer absolument tous les produits et services financiers à leurs clients. La plus grande particularité des Bulge Brackets est qu’elles se concentrent sur les plus grandes opérations (i.e. dont les valorisations dépassent bien souvent le milliard d’euros). Il est également important de spécifier que les Bulge Brackets ne sont pas spécialisés sur un secteur d’activités en particulier. Ces banques d’affaires sont mondialement reconnues par leur brand name et jouissent donc d’une certaine réputation. Des établissements rêvés pour celles et ceux qui veulent devenir analyste M&A.  

Quelques exemples de Bulge Brackets : Goldman Sachs, BNP Paribas, Deutsch Bank, HSBC, etc…  

  • Les « Elite Boutique Banks » : ces établissements sont des alternatives de choix face aux Bulge Brackets. Cependant, les Elite Boutiques auront tendance à ne proposer que des services en Fusion-Acquisition et Restructuring. En effet, ces banques d’affaires ont la caractéristique d’avoir beaucoup moins d’effectif que les Bulge Brackets. Ceci n’empechant pas les Elite Boutiques d’être des banques d’affaires très prestigieuses permettant, par la suite, de profiter de débouchés professionnels très intéressants après un poste d’analyste M&A. Doit-on rappeler qu’Emmanuel Macron a travaillé chez Rothschild & Co ?  

Quelques exemples d’Elite Boutiques : Rothschild & Co, Lazard, Messier Maris & Associés, etc…  

  • Les « Middle Market Banks » : même si les Middle Market Banks sont moins prestigieuses que les Bulge Brackets ou les Elite Boutique Banks, elles n’en demeurent pas moins des établissements de prédilection pour celles et ceux qui souhaitent devenir analyste M&A. Même si elles sont focalisées sur des deals dont la valeur est bien souvent inférieur à 1 milliard d’euros, les Middle Market Banks proposent des salaires attractifs et des débouchés très intéressants pour les analystes M&A.  

Quelques exemples de Middle Market Banks : Macquarie, Houlihan Lokey, Baird, Lincoln International, etc…  

  • Les « Industry-specific Banks » et les « Regional Boutique Banks » : cette dernière catégorie abrite deux catégories de banques qui ont la même spécificité d’être beaucoup plus spécialisées que les établissements soit sur un secteur en particulier (Industry-specific banks) soit sur une région géographique bien précise (Regional Boutique Banks).  

Quelques exemples d’Industry-specific banks : Green Giraffe, Natureo finance, Clipperton Finance, Allen & Co.  

Quelques exemples de Regional Boutique Banks : pour le territoire français, nous pouvons mentionner In Extenso Finance, Equideals ou encore Acetis Finance.  

Les Corporates pour un analyste M&A

Comme nous l’avons dit plus haut, le poste d’Analyste M&A n’est pas uniquement exercé en banque d’affaires. Effectivement, il peut aussi être exercé dans les Corporates. Par « Corporates », nous faisons référence aux entreprises dont l’activité n’est pas une activité banquière et / ou assurantielles, ni une activité de conseil. A noter que nous distinguons trois grandes catégories de Corporates que nous présentons ci-dessous :  

  • Les grandes entreprises : les grandes entreprises sont des entreprises qui comptabilisent au moins 5000 salariés ou qui génèrent au moins 1,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et qui présentent un bilan supérieur à 2 milliards d’euros. Par conséquent, les grandes entreprises ont la capacité d’avoir une équipe uniquement focalisée sur les potentielles opérations M&A du groupe. Il n’est donc pas rare de retrouver le poste d’Analyste M&A au sein de ce type d’entreprise. Nous attirons également l’attention du lecteur sur le fait que ces entreprises peuvent également avoir une équipe de « Corporate Development » dans laquelle nous retrouverons, une fois de plus, le poste d’analyste M&A. Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur la notion de Corporate Development, nous l’avons abordé dans notre article sur le Corporate Finance.  

Quelques exemples de grandes entreprises : Total, EDF, PSA, LVMH, etc…  

  • Les petites et moyennes entreprises (« PME ») : Les PME sont des entreprises qui disposent de moins de 250 personnes et qui enregistrent un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros ou qui affichent un bilan inférieur à 43 millions d’euros. De manière générale, les PME ont une équipe polyvalente qui est chargée d’étudier tous les sujets dédiés à la croissance externe de l’entreprise au sens large, c’est-à-dire toutes les opérations M&A, les investissements, les financements, etc… En fonction des PME, il n’est pas impossible de rencontrer des équipes entièrement dédiées aux Fusions-Acquisitions de l’entreprise. Tout ça pour dire qu’il est tout à fait possible d’exercer le métier d’Analyste M&A en PME.  
  • Les start-ups : les start-ups sont des entreprises dont les perspectives de développement sont fortes et qui utilisent une technologie nouvelle nécessitant un financement conséquent. Comme vous avez certainement pu le deviner, les start-ups n’ont généralement pas le budget nécessaire pour former une équipe entièrement dédiée aux opérations de Fusions-Acquisitions. Par conséquent, l’analyste M&A sera, dans la plupart des start-ups, rattaché directement au CFO (« Chief Financial Director » en anglais ou « Directeur Administratif et Financier » en français). Ainsi, l’analyste M&A aura la chance de pouvoir intervenir sur toutes les problématiques liées à la croissance de l’entreprise (i.e. opérations de M&A, levée de fonds, partenariats stratégies, investissements, etc…).  

Exemples de start-ups : Stuart (leader européen de la livraison à la demande), Too Good To Go (application mettant en relation les personnes désirant racheter les invendus des restaurateurs à prix cassés), BlablaCar (qui a par exemple racheté Ouibus, preuve concrète d’une opération M&A réalisée par une start-up) ou encore Backmarket (entreprise spécialisée dans le commerce d’appareils électroniques et électriques reconditionnés).  

La rémunération de l’analyste M&A  

Voici un chapitre qui va en intéresser plus d’un : la rémunération de l’analyste M&A. Nous savons tous que les analystes M&A sont gracieusement rémunérés. Néanmoins, il n’est pas toujours évident d’obtenir des chiffres concrets. Nous levons donc le voile sur ces données dans ce chapitre. Notez que nous proposerons des fourchettes estimatives basées sur les salaires pratiqués dans la région île de France : 

  • Banque d’affaires Large cap : dans les Bulge Brackets et Elite Boutiques, le salaire fixe perçu par un analyste M&A peut osciller entre 60k€ et 80k€ par an, agrémenté d’un bonus pouvant correspondre jusqu’à 100% de la rémunération annuelle fixe, soit une enveloppe annuelle globale comprise entre 120k€ et 160k€.  
  • Banque d’affaires Mid cap : au sein des Middle Market Banks, l’analyste M&A pourra prétendre à une rémunération fixe comprise entre 50k€ et 70k€ par an, complété par un bonus pouvant, une fois de plus, atteindre 100% du salaire annuel fixe. Le package global pourra donc être compris entre 100k€ et 140k€ par an.  
  • Banque d’affaires Small cap : dans les « Industry-specific Banks » et les « Regional Boutique Banks », le salaire fixe de l’analyste M&A sera compris entre 40k€ et 60k€ par an. Il pourra également percevoir un bonus pouvant atteindre 50% de sa rémunération fixe. Son enveloppe annuelle pourra être comprise entre 60k€ et 90k€. 
  • Grand Corporate (type SBF250) : l’analyste M&A en Corporate sera moins rémunéré que l’analyste M&A en banque d’affaires. Néanmoins, il bénéficiera d’un quotidien beaucoup moins chargé que celui d’un analyste M&A en banque d’affaires. Ceci étant dit, l’analyste M&A au sein d’un grand Corporate pourra percevoir une rémunération fixe comprise entre 40k€ et 60k€ par an. Le bonus, quant à lui, pourra correspondre jusqu’à 10% de la rémunération annuelle fixe. Par conséquent, le salaire annuel global de l’analyste M&A en grand Corporate sera compris entre 45k€ et 65k€. 
  • PME & Start-up : l’analyste M&A en PME / Start-up sera rémunéré dans les mêmes ordres de grandeurs que l’analyste en grand Corporate.  

Les étapes d’un recrutement pour un poste d’analyste M&A 

Le recrutement pour un analyste M&A est un exercice difficile. Pourquoi est-il si difficile ? Parce que le poste attire énormément de monde. Par conséquent, pour départager les candidats, les recruteurs ont concocté un processus de recrutement digne de ce nom. Nous en présentons toutes les étapes ci-dessous :  

  • Les tests numériques : nous retrouvons les tests numériques quasi uniquement que chez les Bulge Brackets. Les tests numériques sont une suite de questions de logique auxquelles il faut répondre dans un temps chronométré. L’objectif est simple et évident : il faut obtenir le plus de bonnes réponses possibles. Gardez en tête que vous serez jugés sur votre efficacité et non votre rapidité. En clair, vous aurez plus de chances d’être sélectionnés en répondant correctement à seulement 15 questions avec 100% de bonnes réponses plutôt qu’à 20 questions avec seulement 75% de bonnes réponses.  
  • Les questions de fit : questions classiques d’un entretien d’embauche de manière générale. Les entretiens pour le poste d’Analyste M&A n’échappent pas à cette règle. La section fit d’un entretien s’articule en deux parties : une première partie dans laquelle vous devrez présenter votre parcours ainsi que vos différents choix d’orientation puis une seconde partie dans laquelle le recruteur vous posera des questions pour cerner votre personnalité et vos hobbies. C’est grâce aux questions de fit que le recruteur déterminera si votre personnalité peut se greffer facilement à son équipe.   
  • Les questions techniques :  les questions techniques sont certainement les questions les plus redoutées par les étudiants qui passent des entretiens pour le poste d’analyste M&A. Cependant, avec une solide préparation, ces questions ne sont pas aussi difficiles qu’elles n’y paraissent. Ces questions servent, en effet, à évaluer le niveau global en finance d’entreprise du candidat. Mais pas que. Elles servent également à déterminer sa capacité à raisonner. Il est important de noter que les questions techniques sont généralement posées lors des entretiens avec les analystes et les managers. Lors des entretiens avec le top management, les questions sont plutôt orientées fit. 
  • Les brain teasers : les brain teasers sont, encore une fois, des questions qui ne sont pas très appréciées par les étudiants. Et pour cause, comme les questions de market sizings, ces questions ne sont pas étudiées dans l’enseignement supérieur. Par conséquent, les étudiants ne sont pas préparés et ont très peu de chance de trouver la bonne réponse. Les questions de Brain teasers sont des questions de logiques dont l’objectif est de mesurer votre capacité à raisonner (encore une fois).
  • Les market sizings : les questions de market sizings sont autant redoutées que les questions de Brain teasers par les étudiants qui passent des entretiens pour devenir analyste M&A. Les market sizings sont des questions qui impliquent d’estimer la taille d’un marché.   

Notez que toutes ces étapes représentent le processus de recrutement ultime pour un poste d’un Analyste M&A. Comprenez ici, qu’en fonction des structures dans lesquelles vous postulez, il est possible que vous n’ayez pas besoin de passer par toutes ces étapes. Néanmoins, les questions de fit et les questions techniques nous semblent incontournables quelque soit l’entreprise dans laquelle vous postulerez.  

Comment se préparer efficacement aux entretiens pour un poste d’analyste M&A 

Comme vous avez pu le constater, réussir les entretiens pour devenir analyste M&A relève de l’exploit si vous n’êtes pas correctement préparés. Il nous semblait donc judicieux de vous communiquer les différents axes de préparation pour vous aider dans votre quête du sésame !  

  • Les tests numériques : il existe deux organismes réputés pour se préparer aux tests numériques proposés au sein des Bulge Bracket : SHL et Kenexa. Une solide préparation des tests numériques est d’autant plus importante que les questions sont très souvent similaires d’une banque à une autre.   
  • Les questions de fit : ici, comme son nom l’indique, il sera surtout question de feeling avec le recruteur. Néanmoins, il vous faudra perfectionner la présentation orale de votre parcours, déterminer vos qualités et vos défauts ou encore réfléchir à la manière de présenter vos hobbies.  
  • Les questions techniques : connaitre ses états financiers sur le bout des doigts ainsi que les principales méthodes de valorisation sont un prérequis pour espérer répondre correctement aux questions techniques qui peuvent être posées au cours des entretiens pour un poste d’analyste M&A. Vous devrez également être capable de répondre à des questions très pointues et spécifiques au secteur du M&A comme par exemple : quel est l’impact d’une acquisition sur les états financiers de l’acheteur ?  
  • Les brain teasers et market sizing : pour les market sizings, il existe deux méthodes efficaces pour répondre efficacement à ces questions. Nous présentons ces méthodes dans notre article sur ce sujet. En revanche, pour les brain teasers, il n’y a pas vraiment de préparation particulière si ce n’est que de s’entrainer à en résoudre le plus possible. Qui sait ? Peut-être que le brain teaser qui vous sera posé en entretien sera une question que vous aurez vue pendant votre préparation ? 

Pour celles et ceux qui ont envie d’aller plus loin dans la préparation des entretiens pour le poste d’Analyste M&A, nous avons rédigé pour la Bible des entretiens en finance. En quelques mots, c’est un guide extrêmement complet dans lequel vous retrouverez l’ensemble des questions que vous pourrez rencontrer en entretien. En quelques chiffres, la Bible des entretiens en finance, c’est plus de 100 questions techniques en finance, plus de 30 questions fit, 10 exemples de Brain teasers & Market sizing et enfin, un cas concret de modélisation financière => CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER LA BIBLE DES ENTRETIENS EN FINANCE.

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Téléchargez votre guide OFFERT :

 "Les 5 secrets pour réussir sa carrière en finance"

Rédigé par 2 managers seniors


Tu aimeras surement les articles suivants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}