Le guide pour tout comprendre sur le Growth Equity

Le monde des investissements financiers est vaste et varié, avec de nombreuses options possibles pour financer la croissance des entreprises. L’une des voies les plus intéressantes et dynamiques pour apporter des fonds propres dans une entreprise est le Growth Equity (ou en français, le capital croissance). Ce type de financement se positionne entre le venture capital destiné aux start-ups et les rachats par effet de levier (LBO) souvent utilisés pour prendre le contrôle de la société cible.

L’équipe The Big Win s’est donc mobilisée pour rédiger un article complet sur la notion de Growth Equity afin de venir en aide aux étudiants qui souhaiteraient étoffer leurs connaissances en la matière. Nous tâcherons de couvrir la définition ainsi que les principes fondamentaux du Growth Equity. Nous étudierons également le processus de mise en place du Growth Equity pour ensuite déboucher sur l’analyse de l’entreprise Uber : un exemple concret de Growth Equity !

Uber : un exemple concret de Growth Equity

Définition et principes fondamentaux du Growth Equity

Le Growth Equity, également connu sous le nom de capital croissance, est une forme d’investissement en private equity qui cible les entreprises matures mais encore en phase de croissance rapide. Contrairement au venture capital qui se concentre sur les start-ups prometteuses, le Growth Equity se focalise sur des entreprises ayant déjà prouvé leur business model et qui enregistrent des revenus récurrents et significatifs.

Les différentes caractéristiques propres au Growth Equity

Le Growth Equity est un mode de financement unique qui, du coup, suppose des caractéristiques bien spécifiques que nous décrivons ci-dessous :

  • Investissements non majoritaires : Le capital croissance implique généralement des prises de participation minoritaires, laissant ainsi le contrôle opérationnel aux fondateurs et à l’équipe dirigeante.
  • Ciblage sur la croissance : Les fonds obtenus par Growth Equity sont principalement alloués pour stimuler le développement de l’entreprise en question plutôt que de financer les opérations quotidiennes.
  • Rendement potentiel élevé : Le but principal du Growth Equity est de faire du profit sur la croissance accrue de l’entreprise visée. Ici, le but est de capitaliser sur la croissance pour effectuer son retour sur investissement plutôt que de faire des réductions de coûts et/ou des restructurations.

Critères de sélection des entreprises ciblées

Les investisseurs en Growth Equity cherchent des sociétés présentant plusieurs critères spécifiques :

  • Les performances doivent être avérées : Un historique de performances solides avec un flux de trésorerie positif. L’entreprise doit avoir fait ses preuves et doit laisser transparaître des perspectives de croissance intéressantes.
  • Le marché doit être adressable : Un marché conséquent permettant une expansion rapide et durable. Autrement, les entreprises niches sont généralement écartées de la sélection.
  • L’équipe dirigeante robuste : Les fonds d’investissements qui financent en Growth Equity cherchent, généralement, des dirigeants expérimentés et capables de conduire l’entreprise vers de nouveaux sommets.

Différences entre Growth Equity et autres formes de financement

Il est très facile de confondre les différentes formes de financement pour assurer la croissance d’une entreprise. C’est notamment le cas avec le venture capital ou encore le leveraged buyout (“LBO”). Dans ce chapitre, nous tenons à effectuer les comparaisons Growth Equity vs. Venture Capital et Growth Equity vs. LBO pour montrer à nos lecteurs que les distinctions entre toutes ces sources de financement sont bien marquées.

Growth Equity vs Venture Capital

La première distinction notable entre le Growth Equity et le Venture Capital est l’entreprise cible. Le Venture Capital se concentre principalement sur des jeunes entreprises innovantes, offrant des capitaux à risque en échange d’une part modeste du capital de la société et d’un potentiel de rendement considérablement élevé en cas de succès. Le Growth Equity, quant à lui, cible des entreprises établies cherchant à accélérer leur croissance.

Une autre distinction bien marquée est le rôle de l’investisseur au sein de l’entreprise. Le fonds de venture prend souvent un rôle actif dans la direction de l’entreprise. Il y a un vrai rôle de conseil et d’accompagnement. À l’inverse, les investisseurs en Growth Equity préfèrent rester en retrait même s’ils peuvent apporter des conseils stratégiques lorsque les opportunités se présentent.

Growth Equity vs LBO

Le Growth Equity et le LBO sont, par nature, différents. Nous précisons bien “par nature” car ici, il y a une réelle différence d’approche par rapport à l’investissement consenti.

Le but premier du LBO sera de racheter une entreprise via un financement par emprunt pour faire des profits conséquents à court terme. Ceci est rendu possible par une prise de contrôle totale, ce qui permet un remodelage complet de l’entreprise.

Le Growth Equity est beaucoup moins invasif que le LBO. En effet, l’objectif de l’investisseur en Growth Equity est de soutenir la croissance organique d’une entreprise déjà existante en collaborant avec les équipes déjà en place plutôt que de passer par une restructuration complète. Le Growth Equity a un côté plus éthique que le LBO.

Processus de mise en place d’un investissement en Growth Equity

La mise en place d’un investissement en capital croissance passe par plusieurs étapes cruciales. Chaque phase doit être méticuleusement planifiée et exécutée pour garantir le succès de l’opération. Nous revenons sur chacune d’entre elles dans ce chapitre.

Première étape : identification et évaluation

La toute première étape est, bien évidemment, l’identification de l’entreprise cible. Cela demande une analyse rigoureuse du marché mais également des compétences pointues en matière de due diligence pour évaluer les forces, faiblesses, opportunités et menaces pesant sur l’entreprise. Cette démarche comprend la vérification des états financiers, l’étude des prévisions de croissance ainsi que l’évaluation de la position compétitive.

Deuxième étape : négociations et structuration des accords

Une fois la cible identifiée, il est temps de parler argent et les négociations peuvent débuter. Ces discussions portent principalement sur la valorisation de l’entreprise et les différents termes de l’investissement en question. Les fonds de Growth Equity ont tendance à inclure des clauses pour minimiser les risques liés à leurs investissements comme par exemple les droits de surveillance, l’obligation d’effectuer un reporting financier, etc. Il n’est d’ailleurs pas rare que ces clauses incluent également les conditions de sortie de l’investisseur.

Troisième étape : suivi post-investissement

Une fois le financement réalisé, les investisseurs en Growth Equity maintiennent un contact étroit avec les dirigeants pour surveiller la performance et co-développer les différentes stratégies opérationnelles. L’objectif étant de garantir le rendement escompté par le fonds d’investissement tout en assurant la dynamique de croissance anticipée. Vous l’aurez donc compris, le suivi post financement est primordial pour que les choses se passent comme convenu.

Les avantages et inconvénients du Growth Equity

Comme n’importe quelle source de financement, le Growth Equity présente des avantages et des inconvénients qu’il est important d’avoir en tête. Bénéficier d’un apport en capital offre de nombreux avantages aux entreprises en quête de développement. Cependant, cette démarche comporte aussi des défis qu’il faut savoir anticiper. Comme à notre habitude, les listes présentées ci-dessous sont, bien évidemment, non exhaustives.

Les points positifs :

L’apport en Growth Equity permet aux entreprises de :

  • Éviter de perdre le contrôle : Dans cet accompagnement, les entrepreneurs conservent majoritairement leur gouvernance ce qui est un vrai point positif. En effet, les entrepreneurs voient leurs entreprises comme leurs bébés et avoir la possibilité de la développer sans la perdre est un avantage incroyable.
  • Obtenir un soutien stratégique : Le Growth Equity permet de mettre à disposition de l’entreprise cible des investisseurs chevronnés et spécialisés dans un ou plusieurs secteurs en question. Ainsi, l’entreprise peut aspirer à la croissance promise sous l’œil avisé de véritables experts.
  • Améliorer leur crédibilité : Obtenir le financement d’un célèbre fonds d’investissement aura tendance à crédibiliser l’entreprise en question. En effet, savoir que l’entreprise est “backée” par des investisseurs de renom peut faciliter la négociation de certains contrats ou même l’obtention de nouveaux financements.

Les points négatifs :

Parmi les défis associés à ce type de financement figurent :

  • Attentes de rendement élevées : En effet, dans un investissement en Growth Equity, les investisseurs auront tendance à attendre des performances fructueuses, ce qui peut induire un certain niveau de stress sur l’entreprise et ses équipes.
  • Conflits liés à la stratégie : Même si l’investisseur en Growth Equity aura une part minoritaire, il est tout à fait possible que des divergences surviennent quant à la stratégie de croissance de l’entreprise. Car oui, il ne faut pas oublier que derrière ce mode de financement, nous avons affaire à des êtres humains qui peuvent avoir des opinions différentes concernant les différentes problématiques opérationnelles de l’entreprise.

Uber : exemple concret de financement en Growth Equity

Nombreuses sont les entreprises ayant profité pleinement des bénéfices apportés par le Growth Equity. Nous proposons dans ce chapitre l’analyse de l’entreprise Uber afin de parfaire vos connaissances sur le Growth Equity.

Fondée en 2009, Uber est une entreprise technologique qui a révolutionné l’industrie du transport grâce à son application mobile qui permet aux utilisateurs de réserver des trajets, de suivre leurs chauffeurs en temps réel et de payer via leur téléphone. Ainsi, Uber jouissait d’une croissance rapide dès ses débuts grâce à un business model innovant. Néanmoins, l’entreprise nécessitait des capitaux supplémentaires pour continuer son développement et préserver cette croissance rapide. Autrement dit, Uber était une cible idéale pour un investisseur en Growth Equity.

C’est la raison pour laquelle, en 2013, Uber réussit à lever 258 millions de dollars en Growth Equity auprès de Google Ventures. Inutile de vous préciser que cet investissement jouera un rôle crucial dans le développement de l’entreprise. Au-delà des chiffres, il faut noter ici que l’enjeu pour Google Ventures était aussi stratégique. En effet, il y avait une synergie flagrante entre l’application Uber et les services proposés par Google Maps.

Grâce à cet investissement, Uber a pu :

  • Accélérer son expansion mondiale : Il n’a pas fallu bien longtemps pour qu’Uber se développe rapidement dans les plus grandes villes du monde, augmentant ainsi sa base client et consolidant son image de marque.
  • Lancer de nouveaux services : Uber a réussi à se diversifier grâce notamment à la création de Uber Eats. L’entreprise a donc été capable de créer une nouvelle source de revenus en plus de l’expansion de son business model initial.
  • Investir dans la technologie : Enfin, Uber a pu continuer à investir en recherche et développement pour améliorer son application, proposer de nouvelles fonctionnalités ou encore travailler sur l’intégration des véhicules autonomes.

Pour ce qui est des résultats, ce financement aura été un win-win pour Uber et Google Ventures. En effet, Uber a considérablement agrandi sa base de clients, ce qui a permis d’augmenter le chiffre d’affaires de manière exponentielle. Par conséquent, la valorisation d’Uber s’est envolée, atteignant plusieurs milliards de dollars, ce qui augmentera par la même occasion, la valeur des titres détenus par Google Ventures. Nous parlions précédemment de l’aspect crédibilité associé au financement Growth Equity; Uber en est le parfait exemple puisque l’entreprise arrivera finalement à obtenir des fonds supplémentaires après cet investissement puis à réaliser son IPO en 2019.

En bref, le cas Uber est un véritable cas d’école lorsqu’il s’agit d’aborder la notion de Growth Equity. Ce mode de financement aura été un élément clé de la stratégie de croissance d’Uber, lui permettant de se développer rapidement à l’international et d’innover continuellement dans le secteur des transports et de la logistique.

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Excellent

👍 Suivez-nous sur LinkedIn et Instagram pour plus de contenu et conseils :


Tu aimeras surement les articles suivants :

Ils nous citent :

Cnews.fr, le leader français de l'actualité en continue nous cite dans son article sur la réussite d'une carrière financière.

LegaVox.fr, le site juridique de référence en France nous cite dans son article sur les juristes corporate en M&A.

CréationEntreprise.fr, le site de référence sur l'entrepreneuriat nous cite dans son article sur la maîtrise des concepts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}