Rentabilité financière : définition, explication et formules

  • Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Rentabilité financière : définition, explication et formules

La rentabilité financière… voilà un concept qui devrait en intéresser plus d’uns. En même temps, il ne faut pas se voiler la face : l’argent est le nerf de la guerre surtout en finance. C’est une notion intéressante que tous financiers se doivent de connaitre.  

Car oui, si vous envisagez de faire carrière en finance, il est important de maitriser le concept de rentabilité financière. Si vous ne connaissez pas encore cette notion ou si vous souhaitez simplement consolider vos connaissances sur ce sujet, l’équipe The Big Win a pris le temps de vous rédiger un article complet sur cette notion.  

Dans cet article, nous tachons de vous donner toutes les clefs pour être incollables sur la notion de rentabilité financière. Vous l’avez donc compris, après une lecture attentive de notre article, cette notion n’aura plus aucun secret pour vous !   

Rentabilité financière : définition et formules

Définition de la rentabilité  

Avant d’aborder la rentabilité financière, il convient dans un premier temps de définir le concept de rentabilité, au sens strict du terme.  

La rentabilité est un indicateur financier permettant de mesurer les bénéfices d’une entreprise ou d’un projet par rapport aux capitaux qui ont été investis. Autrement dit, la rentabilité est caractérisée par le rapport entre les profits et l’argent mobilisé pour obtenir ces profits. En résumé, la rentabilité est un instrument permettant de calculer la performance d’une entreprise ou d’un projet. 

En règle générale, il existe deux types de rentabilités que nous étudierons dans les prochains chapitres de cet article : la rentabilité financière et la rentabilité économique.  

Qu’est-ce que la rentabilité financière ?  

La rentabilité financière (ou en anglais, Return On Equity) est une métrique financière dont l’objectif est d’évaluer la capacité d’une entreprise à créer des profits grâce aux capitaux propres mis à disposition. En clair, la rentabilité financière permet de mesurer l’aptitude d’une entreprise à utiliser les capitaux propres apportés par les investisseurs en fonds propres, autrement dit les actionnaires.   

La rentabilité financière est un indicateur qui peut aussi bien s’appliquer à une entreprise qu’à un projet. Dans tous les cas de figure, c’est un élément qui est généralement étudié par les analystes financiers lorsqu’il est question d’investir de l’argent dans une entreprise ou dans un projet cible.  

Comment calculer une rentabilité financière ?  

La formule de la rentabilité financière se démarque par sa simplicité. En effet, pour la calculer, il suffit simplement de diviser le résultat net (ou « net income » en anglais) par les fonds propres (ou « shareholders’ equity » en anglais)

Rentabilité financière = Résultat net / Capitaux propres 

ou en anglais : 

ROE = Net Income / Shareholders’ Equity 

Prenez garde à bien prendre le résultat net annuel !  

C’est une erreur assez classique, à ne pas commettre, lorsqu’il faut calculer des ratios financiers dont les données proviennent à la fois du compte de résultat et du bilan. Dans ce cas de figure, il est obligatoire de toujours sélectionner les données du compte de résultat sur 12 mois.   

Où trouver les données pour calculer une rentabilité financière ?  

Dans ce chapitre, nous précisons en détails où chercher pour trouver les données nécessaires au calcul de la rentabilité financière.  

  • Résultat net : vous aurez accès au résultat net d’une entreprise dans son compte de résultat (« Profit and Loss Statement » en anglais). Il se situe après le résultat courant avant impôt (« Pre-tax Income ») et le paiement des impôts. Le résultat n’est autre que le profit généré par une entreprise après le règlement de toutes ses charges (coûts de production, dépenses d’exploitation, intérêts, charges exceptionnelles et impôts).  
  • Capitaux propres : les capitaux propres, quant à eux, se localisent directement dans le bilan comptable de l’entreprise. En effet, ils figurent au passif du bilan.  

Interpréter correctement une rentabilité financière   

Comme évoqué dans le premier chapitre de cet article, la rentabilité financière correspond au profit obtenu pour chaque euro (ou toute autre devise) investi dans une entreprise ou un projet.  

A titre d’exemple, si le résultat net d’une entreprise représente 5% de ses capitaux propres (donc rentabilité financière = 5%), cela veut dire que pour chaque euro de fonds propres investi, l’entreprise sera capable de procurer à ses actionnaires 5 centimes d’euros de bénéfice. Ainsi, il est dans l’intérêt d’un investisseur lambda de chercher des opportunités d’investissements présentant des rentabilités financières élevées. Néanmoins, il ne faut pas oublier que la rentabilité d’une entreprise doit toujours être comparée aux normes du secteur.      

Il faut aussi savoir qu’une rentabilité financière peut être négative. C’est notamment le cas lorsque l’entreprise réalise des pertes, c’est-à-dire que son résultat net est inférieur à zéro. Un résultat net négatif est un signe que l’activité de l’entreprise n’est pas suffisante pour absorber toutes ses charges. C’est souvent le cas pour les jeunes entreprises. D’un point de vue purement investisseur, une rentabilité négative est synonyme de destruction de valeur.  

La rentabilité financière est-elle un indicateur vraiment important ?  

La réponse est clairement oui !

Et quoi de mieux pour illustrer notre propos que des exemples concrets ?!

C’est exactement le sujet que nous abordons dans cette partie. Ainsi, la rentabilité financière est un indicateur important car : 

  • Elle permet de mesurer l’efficacité d’une entreprise à se servir des capitaux propres qui lui sont mis à disposition. A ce titre, c’est clairement un ratio incontournable lors d’une recherche d’opportunités d’investissement.  
  • La rentabilité financière est un indicateur fiable quand il s’agit de comparer des entreprises opérant sur le même secteur d’activité. En effet, chaque secteur d’activité se distingue par des spécificités qui se reflètent sur les différents ratios financiers d’une entreprise. Et, bien entendu, la rentabilité financière n’y échappe pas.   

Les principales limites de la rentabilité financière 

Chaque ratio financier présente des avantages et des limites que nous ne devons et ne pouvons pas ignorer. Vous allez le découvrir dans ce chapitre : la rentabilité financière doit être analysée avec précaution car, parfois, un résultat très élevé n’est pas forcément un signe positif et rassurant. Ci-dessous, un listing non-exhaustif des principaux cas de figures où la rentabilité financière est anormalement élevée :  

Lorsque numérateur et dénominateur sont négatifs 

Ce point est vraiment tricky car lorsque résultat net et capitaux propres sont négatifs, la rentabilité financière est positive. C’est la raison pour laquelle il est très important de l’analyser en détail et ne pas se limiter à un seul coup d’œil au résultat affiché.  

Lorsque les capitaux propres négatifs redeviennent positifs 

Il faut avoir en tête que lorsqu’une entreprise affiche un résultat net négatif, en plus d’être enregistrées dans son compte de résultat, ces pertes vont également se répercuter sur son bilan par le biais des Retained Earnings (à titre informatif, Retained Earnings = Résultat net – Dividendes). Vous l’avez donc compris, si une entreprise cumule les pertes pendant plusieurs années, ses capitaux propres vont tôt ou tard devenir négatifs.  

La situation devient cocasse lorsque cette entreprise parvient à retrouver la route des bénéfices.

Quand cela arrive, avant de retrouver les sommets, les capitaux propres auront un niveau très faible ce qui aboutira à une rentabilité financière anormalement élevée. 

C’est vraiment un point d’attention que tous les analystes financiers doivent avoir en tête.    

Lorsqu’une entreprise rachète ses propres actions (« Share Buyback ») 

Dans la vie d’une entreprise, il arrive certains moments où elle peut décider de racheter ses propres actions en circulation sur les marchés financiers. Cette action a pour effet de réduire ses capitaux propres, et par conséquent, d’augmenter sa rentabilité financière. Pourquoi ? Tout simplement car lorsqu’une entreprise rachète ses propres actions, à défaut de récupérer les parts de son capital, elle rend l’argent qui lui avait été confié. Car oui, il ne faut pas oublier que lorsqu’un investisseur en fonds propres achète des actions d’une entreprise, il accepte d’échanger son cash contre des parts du capital de l’entreprise. C’est la raison pour laquelle un Share Buyback aura tendance à faire baisser les capitaux propres d’une entreprise et d’augmenter sa rentabilité financière. 

En règle générale, une rentabilité financière trop élevée doit avertir. Une analyse approfondie des états financiers de l’entreprise doit être menée afin de trouver une explication rationnelle au fait qu’elle soit anormalement élevée.   

Conseils pour calculer correctement une rentabilité financière 

Dans ce chapitre, nous délivrons quelques conseils afin d’aider nos lecteurs qui désirent calculer la rentabilité financière d’une entreprise qu’ils souhaitent analyser.   

Utiliser les informations financières à fin d’exercice 

Lorsque vous calculez un ratio, vous devez toujours vous assurer que numérateur et dénominateur soient sur la même base. A ce titre, vous sélectionnerez le résultat net et les capitaux propres à fin d’exercice car :   

  • Le résultat net en début d’exercice est logiquement égal à zéro puisque l’activité n’a pas encore commencé.    
  • Concernant les capitaux propres, il faut savoir que le bilan représente le patrimoine d’une entreprise à un instant T et que, par conséquent, il prend en considération les exercices précédents. Autrement dit, un bilan se compose d’éléments qui se raisonne en « balance ». Ils sont donc sujets à des variations tout au long d’un exercice comptable. En conclusion, si vous sélectionnez les capitaux propres en début de période, vous omettrez complètement toutes les variations qui auront eu lieu sur l’exercice étudié et vous fausserez votre calcul de rentabilité financière.  

Faire attention aux dates de clôture 

Dans la continuité du point précédent, si vous êtes amenés à comparer deux entreprises, vous devez faire attention aux dates auxquelles elles clôturent leurs comptes financiers. Gardez à l’esprit que toutes les entreprises ne clôturent pas forcement à fin décembre de chaque année. A titre d’exemple, l’entreprise Apple clôture à fin septembre de chaque année.  

Analyser les tendances sectorielles 

Pour calculer et analyser une rentabilité financière avec précision, il est important d’étudier les tendances du secteur sur lequel votre entreprise évolue. A titre d’exemple, vous pouvez avoir la sensation que votre entreprise surperforme par rapport à une autre si elle affiche une rentabilité financière de 10% par rapport à une autre qui afficherait une performance de seulement 5%. En revanche, si la rentabilité financière moyenne du secteur est de 20%, alors nous pouvons dire que celle de votre entreprise n’est pas si incroyable qu’elle n’y parait. 

Analyser des entreprises du même secteur d’activité 

Nous l’avons dit un peu plus haut dans cet article, analyser la rentabilité financière de deux entreprises issues de secteurs différents n’est pas forcément pertinent. En effet, chaque secteur dispose de ses propres spécificités et par conséquent, il n’est, en général, pas conseiller d’analyser deux entreprises aux activités radicalement différentes.  

La rentabilité financière versus le Cost of Equity 

Le Cost of Equity (« COE ») désigne le taux de rentabilité annuel attendu par les actionnaires (c’est-à-dire les apporteurs de fonds propres). Autrement dit, le Cost of Equity représente le retour annuel attendu par les investisseurs en capitaux propres.  

Pour que la différence entre rentabilité financière et Cost of Equity soit claire, nous pouvons dire que la rentabilité mesure la capacité d’une entreprise à utiliser les fonds propres qui lui sont confiés tandis que le Cost of Equity est le taux de retour annuel attendu par les actionnaires.    

Comme vous pouvez le sentir, les notions de Cost of Equity et de rentabilité financière sont connexes.  

D’ailleurs, la théorie voudrait que rentabilité financière et Cost of Equity soient égaux. En réalité, à moins d’un coup de chance, ce n’est jamais le cas ! Par conséquent, il est important de savoir que :  

  • Lorsque la rentabilité financière d’une entreprise est inférieure à son Cost of Equity, alors nous pouvons dire que l’entreprise détruit de la valeur.  
  • Lorsque la rentabilité financière d’une entreprise est supérieure à son Cost of Equity, alors nous pouvons dire que l’entreprise créé de la valeur. 

Et la rentabilité économique dans tout ça ?  

Comment ne pas aborder la rentabilité économique lorsque nous parlons de rentabilité financière ?! En effet, les deux notions sont très ressemblantes. Comme nous l’avons dit, la rentabilité financière permet d’apprécier la capacité d’une entreprise à créer des profits grâce aux capitaux propres fournis par les actionnaires et uniquement les actionnaires.  

La rentabilité économique d’une entreprise mesure son aptitude à générer des bénéfices pour TOUS ses investisseurs, c’est-à-dire ses actionnaires mais également ses créanciers. Et c’est là toute la différence. La rentabilité financière se focalise uniquement sur les apporteurs d’Equity tandis que la rentabilité économique concerne tous les investisseurs d’une entreprise : Debt + Equity.  

Nous glissons la formule de la rentabilité économique ci-dessous :  

Rentabilité économique = Résultat Net d’exploitation / Capitaux investis 

Ou en anglais :  

Return On Capital Employed (« ROCE ») = NOPAT / Capital Employed 

Ci-dessous, la formule plus concrète du ROCE :  

Return On Capital Employed = [EBIT ∗ (1− Tax) ] / [Total Assets − Current Liabilities] 

Comme vous l’avez remarqué, rentabilité économique et rentabilité financière sont des notions similaires mais ne se placent pas au même niveau. La rentabilité économique considère le résultat net d’exploitation (soit l’EBIT net) au lieu du résultat net (soit le Net Income) dans la rentabilité financière.

Dans un compte de résultat, le résultat net d’exploitation se situe avant le paiement des intérêts, par conséquent, il se destine à tous les investisseurs d’une entreprise (dette et fonds propres).

A l’inverse, le résultat net se situe après les charges d’intérêts et par conséquent se destine uniquement aux apporteurs de fonds propres. 

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Téléchargez votre guide OFFERT :

 "Les 5 secrets pour réussir sa carrière en finance"

Rédigé par 2 managers seniors


Tu aimeras surement les articles suivants :

Ils nous citent :

Cnews.fr, le leader français de l'actualité en continue nous cite dans son article sur la réussite d'une carrière financière.

LegaVox.fr, le site juridique de référence en France nous cite dans son article sur les juristes corporate en M&A.

CréationEntreprise.fr, le site de référence sur l'entrepreneuriat nous cite dans son article sur la maîtrise des concepts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}