Rentabilité économique : définition et explications

  • Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Rentabilité économique : définition et explications

Vous cherchiez à en savoir plus sur la notion de rentabilité économique ?! Et bien vous êtes tombés au bon endroit car c’est sur cet article qu’il faut se rendre. L’équipe The Big Win vous propose un article limpide pour comprendre en une lecture ce que représente réellement la rentabilité économique d’une entreprise.  

Inutile d’essayer de chercher ailleurs car c’est ici que vous trouverez l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur cette notion : définition, formules et conseils pour la calculer, limites et comparaison avec la rentabilité financière, etc…  

Car oui, la rentabilité économique est une définition phare de la finance. Que vous soyez stagiaire en finance ou analyste financier, c’est un concept que vous devez absolument maitriser. Pourquoi ? Parce que vous y serez un jour confrontés. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux anticiper en lisant notre article qui vous donnera toutes les clefs pour maitriser les tenants et les aboutissants de la rentabilité économique.  

Explication sur la rentabilité économique

Définition de la rentabilité  

Qui dit rentabilité économique, dit avant tout, rentabilité. Par conséquent, il nous semble primordial de définir correctement la notion de rentabilité.  

Ainsi, la rentabilité est une métrique ayant pour but de mesurer les profits réalisés par une entreprise ou un projet en comparaison aux capitaux consentis. En résumé, la rentabilité n’est autre que le rapport entre bénéfices et argent mobilisé pour générer ces bénéfices. En clair, la rentabilité est un indicateur permettant de mesurer la performance d’une entreprise ou d’un projet.  

De manière générale, il est d’usage de distinguer deux types de rentabilités que nous aborderons dans les prochains chapitres de cet article : la rentabilité économique et la rentabilité financière.  

Qu’est-ce que la rentabilité économique ?  

La rentabilité économique (ou en anglais, Return On Capital Employed) est un ratio financier dont le but est d’estimer la capacité d’une entreprise à générer des bénéfices grâce aux capitaux investis. De manière plus précise, elle mesure la capacité d’une entreprise à tirer profit des capitaux apportés par tous ses investisseurs, c’est-à-dire aussi bien les investisseurs en fonds propres (actionnaires) que les investisseurs en dettes (créanciers bancaires).  

Nous l’avons rapidement évoqué mais nous l’affirmons ici : la rentabilité économique est une métrique financière qui peut aussi bien s’appliquer à une entreprise qu’à un projet. C’est, par ailleurs, un ratio largement étudié dans le monde de la finance surtout lorsqu’il s’agit de rentabiliser un investissement.  

Le calcul de la rentabilité économique ?  

La formule de la rentabilité économique est vraiment facile à retenir. Jugez plutôt par vous-même ! Pour la calculer, il suffit simplement de diviser le résultat net d’exploitation (ou en anglais « NOPAT » pour « Net Operating Profit After Tax ») par les capitaux investis (ou « capital employed » en anglais). 

Rentabilité économique = Résultat net d’exploitation / Capitaux investis 

ou en anglais : 

ROCE = NOPAT / Capital Employed 

Nous revenons en détails sur les différentes composantes de la formule de la rentabilité économique :  

  • Résultat net d’exploitation (NOPAT) : le résultat net d’exploitation correspond au résultat d’exploitation (EBIT ou Earnings Before Interest & Tax) auquel nous avons déduis les impôts. A ce titre, le NOPAT se calcule de la manière suivante :  

Résultat net d’exploitation = Résultat d’exploitation ∗ (1 − taux d’imposition) 

ou en anglais : 

NOPAT = EBIT * (1 − Tax) 

  • Capitaux Investis (Capital Employed) : les capitaux investis ne sont, ni plus ni moins, que tous les capitaux engagés. Il existe deux formules pour les calculer : 

Capitaux Investis = Total Actifs – Passifs courants 

ou en anglais : 

Capital Employed = Total Assets − Current Liabilities 

ce qui correspond aussi à : 

Capitaux Investis = Capitaux propres + Passifs long terme 

ou en anglais : 

Capital Employed = Shareholder′s Equity + Long Term Liabilities 

Comme vous pouvez l’imaginer, les deux formules doivent fournir le même résultat.  

Pour conclure sur la formule à utiliser pour définir une rentabilité économique, nous proposons la formule suivante :  

Rentabilité économique = [Résultat d’exploitation * (1 – Taux d’imposition)] / [Total Actifs – Passifs courants)] 

ou en anglais : 

ROCE = [EBIT ∗ (1− Tax) ] / [Total Assets − Current Liabilities] 

En effet, en apprenant par cœur cette formule, vous n’aurez pas à revenir sur cet article pour savoir à quoi correspondent exactement résultat net d’exploitation et capitaux investis.  

Où se trouvent les éléments nécessaires pour calculer la rentabilité économique ?  

C’est dans cette partie que nous vous communiquons où chercher les différents éléments nécessaires au calcul de la rentabilité économique :  

  • Résultat d’exploitation : l’EBIT figure au compte de résultat (Profit and Loss Statement en anglais) juste après l’EBITDA mais avant le résultat courant avant impôt (Pre-tax Income en anglais).   
  • Taux d’imposition : pour définir le taux d’imposition à utiliser, vous prendrez le pourcentage utilisé pour passer du résultat courant avant impôt au résultat net (Net Income en anglais).  
  • Total Actifs : pour trouver le Total Actifs, il faut tout simplement se référer au bilan de l’entreprise (Balance Sheet en anglais).  
  • Passifs courant : les passifs courant désignent les passifs court terme de l’entreprise. Ils figurent tout simplement au passif du bilan.  
  • Capitaux propres : les Capitaux propres correspondent aux fonds propres de l’entreprise et se situent au passif de son bilan.  
  • Passifs long terme : par définition, les passifs long terme s’opposent aux passifs court terme. Néanmoins, ils figurent au même endroit que les passifs court terme, c’est-à-dire dans la partie passif du bilan d’une entreprise.   

Comment l’interpréter ?   

Comme nous l’avons défini précédemment dans cet article, la rentabilité économique désigne le retour obtenu pour chaque euro (ou toute autre devise) investi dans une entreprise.  

A titre d’exemple, si le NOPAT d’une entreprise représente 15% des capitaux investis (soit une rentabilité économique de 15%), cela signifie alors que pour chaque euro investi, l’entreprise est en mesure de fournir à tous ses investisseurs 15 centimes d’euros de profit. Comme vous pouvez le deviner, plus la rentabilité d’une entreprise sera élevée et plus elle attirera des investisseurs désireux de faire fructifier leur argent.  

Néanmoins, il est tout à fait possible de rencontrer des entreprises affichant une rentabilité économique négative. C’est tout simplement le cas lorsque le NOPAT est inférieur à zéro. C’est par exemple le cas des entreprises nouvellement créées qui ont besoin de temps avant de devenir rentable. Toutefois, il faut garder en tête que, d’un point de vue investisseur, cela est synonyme de destruction de valeur.  

L’importance de la rentabilité économique 

La rentabilité économique est un indicateur important dans l’analyse financière d’une entreprise. Pour démontrer son importance, nous proposons, ci-dessous, quelques exemples concrets :  

  • Comme mentionné précédemment, la rentabilité économique est, à juste titre, très importante car elle met en avant l’efficacité d’une entreprise à se servir des capitaux mis à sa disposition. C’est un ratio incontournable pour les investisseurs désireux de faire fructifier leur argent.   
  • La rentabilité économique est également une donnée fiable quand il s’agit de comparer deux entreprises qui opèrent sur le même secteur d’activité. Car oui, chaque secteur dispose de spécificités qui vont forcément impacter la rentabilité des entreprises.   

Les principales limites  

Comme toutes métriques financières, la rentabilité économique présente des avantages mais également des inconvénients qu’il est important d’avoir en tête. C’est exactement ce que nous allons vous présenter dans ce chapitre. A l’issue de cette partie, vous comprendrez pourquoi il est crucial d’analyser avec précaution la rentabilité économique d’une entreprise. Ci-dessous, un listing non-exhaustif de ses principales limites :  

  • L’influence des traitements comptables : la fiabilité de la rentabilité économique dépendra fortement des traitements comptables auxquels l’entreprise sera exposée. Comme vous avez pu le remarqué, la valeur de certains éléments de la rentabilité dépend de ces traitements. C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit de faire la distinction entre les passifs courant et les passifs long terme.  
  • Les excédents de trésorerie : la rentabilité économique d’une entreprise doit toujours être appréciée avec connaissance de sa trésorerie. Plus une entreprise aura du cash disponible et plus son total actifs sera élevé, ce qui aura pour conséquence de réduire mécaniquement sa rentabilité économique. C’est par exemple le cas des entreprises qui viennent de réaliser une levée de fonds et qui n’ont pas encore eu le temps de dépenser l’argent levé. Dans ce cas précis, qui n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, la rentabilité de l’entreprise sera plus faible qu’à l’accoutumée.      
  • L’impact de l’inflation : l’inflation a tendance à fausser la rentabilité économique d’une entreprise car elle impacte ses revenus mais pas ses actifs. De manière concrète, le résultat net d’exploitation est exposé à l’inflation tandis que les capitaux investis ne le sont pas. Ainsi, le résultat obtenu est imparfait car la formule de la rentabilité économique rapproche deux données financières qui ne sont pas tout à fait comparables.  
  • Les actifs incorporels : comme nous l’avons décrit dans notre article sur les actifs incorporels, cette classe d’actif est très difficile à évaluer. A ce titre, certaines entreprises voire certains organismes d’analyses financières préfèrent ôter les actifs incorporels du calcul de la rentabilité économique. Il faut savoir qu’en calculant la rentabilité économique de la sorte, vous aurez certainement tendance à gonfler le résultat obtenu et vous ne reflèterez plus réellement la réalité de l’entreprise que vous analysez.       

Astuces pour calculer correctement une rentabilité économique 

Même si la rentabilité économique n’est pas un ratio très difficile à calculer et de surcroit à maitriser, nous souhaitons tout de même partager quelques astuces pour le calculer sans se tromper :   

  • Ne pas confondre résultat net d’exploitation et résultat d’exploitation : cela parait bête à dire mais pourtant l’erreur est courante. Faites donc très attention à ne pas confondre le résultat net d’exploitation (NOPAT) et le résultat d’exploitation (EBIT). Considérer l’EBIT plutôt que le NOPAT aura tendance à surévaluer votre rentabilité économique.   
  • Tenir compte du secteur d’activité : comme évoqué plus haut dans l’article, chaque secteur d’activité présente des caractéristiques particulières qui leur sont propres. Par conséquent, cela n’aura pas vraiment de sens de comparer les rentabilités économiques de deux entreprises issues de secteurs complètement opposés.   
  • Analyser les tendances sectorielles : connaitre les moyennes sectorielles est crucial pour proposer une analyse financière fiable. Par exemple, vous pouvez légitimement penser que l’entreprise que vous étudiez surperforme par rapport à une autre si sa rentabilité économique est de 15% par rapport à une rentabilité financière de 5% pour l’autre entreprise. Néanmoins, si la rentabilité économique moyenne du secteur est de 20%, alors nous pouvons conclure que celle de votre entreprise n’est pas si impressionnante qu’elle n’y parait.  
  • Ne pas oublier les dates de clôture : tenir compte des dates de clôture lorsque vous comparez deux entreprises est réellement important car toutes les entreprises ne clôturent pas leurs comptes à la même date. Ainsi, toutes les entreprises ne clôturent pas à fin décembre de chaque année. C’est par exemple le cas de la multinationale Apple qui clôture à fin septembre de chaque année.   

La rentabilité économique versus le WACC 

Le WACC (« Weighted Average Cost of Capital ») correspond au coût moyen pondéré du capital. C’est notamment le taux de rentabilité annuel attendu par tous les investisseurs d’une entreprise (c’est-à-dire Equity + Debt). Autrement dit, le WACC désigne ce qu’une entreprise doit repayer à tous ses investisseurs.  

Pour que la différence entre rentabilité économique et WACC soit limpide, il faut retenir que la rentabilité économique mesure l’efficacité d’une entreprise à utiliser tous les capitaux qui lui sont confiés tandis que le WACC correspond au taux de retour annuel global attendu par tous les investisseurs de l’entreprise.    

On ne vous fait pas un schéma, WACC et rentabilité économique sont fortement liés. D’ailleurs, en théorie, ces deux métriques sont censés être égales même si, en réalité, ce n’est quasiment jamais le cas. Il est donc judicieux de connaitre la logique suivante :   

  • Lorsque la rentabilité économique d’une entreprise est inférieure à son WACC, nous pouvons conclure que l’entreprise est destructrice de valeur.  
  • A l’inverse, lorsque la rentabilité économique d’une entreprise est supérieure à son WACC, nous pouvons conclure que l’entreprise est créatrice de valeur. 

Quid de la rentabilité financière ?  

Comme vous pouvez vous en douter, il existe une métrique financière qui a pour objectif de mesurer l’efficacité d’une entreprise à créer des profits grâce aux capitaux propres apportés seulement par les actionnaires. Cette métrique n’est autre que la rentabilité financière qui, par définition, est connexe avec la rentabilité économique. 

Nous glissons la formule de la rentabilité financière ci-dessous :  

Rentabilité financière = Résultat Net / Capitaux propres 

Ou en anglais :  

Return On Equity (« ROE ») = Net Income / Shareholders’ Equity 

Comme les formules peuvent l’attester, les rentabilités financière et économique sont des notions similaires mais ne se placent pas au même niveau. La rentabilité financière tient compte du résultat net (soit le Net Income) tandis que la rentabilité économique se focalise sur le résultat net d’exploitation (soit le NOPAT). 

Il faut savoir que dans un compte de résultat, le NOPAT se situe avant les charges d’intérêts. Ainsi, le NOPAT se place au niveau de tous les investisseurs d’une entreprise (fonds propres + dette). Par opposition, le Net Income se situe après le paiement des charges d’intérêts. Par conséquent, le Net Income se place seulement au niveau des actionnaires (fonds propres).  

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Téléchargez votre guide OFFERT :

 "Les 5 secrets pour réussir sa carrière en finance"

Rédigé par 2 managers seniors


Tu aimeras surement les articles suivants :

Ils nous citent :

Cnews.fr, le leader français de l'actualité en continue nous cite dans son article sur la réussite d'une carrière financière.

LegaVox.fr, le site juridique de référence en France nous cite dans son article sur les juristes corporate en M&A.

CréationEntreprise.fr, le site de référence sur l'entrepreneuriat nous cite dans son article sur la maîtrise des concepts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}