Multiples de valorisation : tous les comprendre et les utiliser

  • Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Multiples de valorisation : tous les comprendre et les utiliser

Si vous souhaitez travailler en finance, que ce soit en corporate finance comme en gestion d’actifs, vous serez forcément confrontés, à un moment ou à un autre, à des multiples de valorisation. En effet, l’utilisation de multiples fait partie des principales méthodes de valorisation utilisées, tous secteurs confondus.  

Par conséquent, il est nécessaire, d’une part, de savoir en quoi consiste le principe d’une valorisation par les multiples mais aussi de savoir la réaliser et pour cela de connaitre tous les multiples de valorisation dont vous pourriez avoir besoin. 

Pas de panique, The Big Win est là pour vous aider. 

Calculer les multiples de valorisation

Qu’est-ce qu’un multiple de valorisation : définition 

Un multiple de valorisation est un multiple que l’on peut appliquer à une métrique financière ou opérationnelle d’une entreprise pour la valoriser.  

La méthode de valorisation par les multiples est une méthode dite “comparative” puisqu’elle vise à déterminer un multiple en analysant plusieurs autres entreprises que celle que nous souhaitons valoriser puis à appliquer ce multiple à notre cible. A l’inverse, la valorisation par les DCF est une méthode de valorisation intrinsèque, c’est-à-dire qui ne se fonde que sur les données de l’entreprise que vous souhaitez valoriser, indépendamment des données d’autres entreprises comparables. 

Pour celles et ceux qui souhaitent connaitre en détails les différentes méthodes de valorisation possibles pour une entreprise, nous y avons consacré tout un article, disponible ici.

La méthode des multiples de valorisation ressemble donc en quelque sorte au mécanisme de valorisation immobilière par les mètres carrés. Pour valoriser un appartement, vous regardez le prix auquel se sont vendus les autres appartements dans le quartier, vous en déduisez un prix au mètre carré (c’est votre multiple) et vous l’appliquez à la surface de votre propre appartement pour en déduire sa valeur sur le marché. 

Dans le cas d’une valorisation d’entreprise par les multiples, nous cherchons donc un multiple à appliquer non pas à des mètres carrés mais à des métriques financières ; par exemple à son EBIT, son chiffre d’affaires ou ses actifs. 

Il existe donc plusieurs multiples de valorisation que nous pouvons appliquer à différentes métriques financières. Chaque multiple est différent et en utiliser plusieurs permet de comparer les résultats pour en tirer une valorisation moyenne. Vous devez donc en connaître un maximum pour faire une valorisation fiable et vous adapter aux différents cas de figures qui peuvent se présenter à vous, comme par exemple le fait que certaines métriques ne soient pas disponibles, par exemple pour des entreprises non-cotées. 

Pourquoi utiliser la méthode des multiples de valorisation 

Simplicité d’utilisation des multiples de valorisation 

Le premier avantage de la méthode des multiples de valorisation est sa simplicité d’utilisation.  

Facilité technique tout d’abord puisque mathématiquement parlant, il ne s’agit que d’un produit en croix. Attention toutefois à ne pas négliger le travail d’estimation des multiples qui peut nécessiter tout d’abord un aspect de recherche afin de trouver les données des entreprises comparables à votre cible, et un travail de retraitement financier, par exemple de l’EBIT, afin de comparer des entreprises sur une base commune. 

Une méthode comparative fondée sur des valeurs de marché 

Le second grand avantage de la méthode des multiples de valorisation est son aspect comparatif. 

Contrairement à la méthode des DCF, par exemple, qui n’utilise que des données intrinsèques à votre entreprise cible, dans la méthode des multiples vous utilisez les données de marché disponibles pour des entreprises comparables à la vôtre. C’est bien là que se trouve le point fort de cette méthode puisqu’elle est orientée marché : elle permet donc de savoir comment le consensus des autres acteurs financiers valorise les performances des entreprises sur le secteur qui vous intéresse.  

Si le marché valorise les entreprises du secteur agroalimentaire 10 fois leur EBITDA (c’est un chiffre totalement arbitraire pour notre exemple) et que vous analysez vous-même une entreprise sur ce même secteur, il est donc logique que sa valeur aux yeux d’autres investisseurs soit aussi de 10 fois son EBITDA. 

Cette méthode se fonde donc totalement sur le principe qui veut que le prix d’une entreprise (ou de toute autre chose) ne soit en fait tout simplement que le prix que quelqu’un est prêt à payer pour l’obtenir. C’est simple et pragmatique. 

Liste des multiples de valorisation : formules et utilisation 

Différence entre ratios trailing et forward looking 

Avant de rentrer dans le détail de tous les multiples de valorisation qui existent, il est important de faire attention à une subtilité trop souvent ignorée : la différence entre les ratios historiques, dits “trailing” et les ratios futurs, dits “forward looking”. 

Ne jetez pas tout de suite votre clavier par la fenêtre, vous allez voir que la différence est très simple à partir du moment où nous la connaissons. C’est d’ailleurs un moyen simple et efficace de faire la différence avec d’autres candidats si vous souhaitez postuler à des jobs en analyse financière puisque c’est une notion que beaucoup de monde ignore. 

Un ratio trailing est un ratio qui utilise une métrique financière avec une valeur passée. Par exemple, si vous souhaitez utiliser le multiple de valorisation EV/EBITDA alors cela revient à prendre l’EBITDA passé de l’entreprise : l’EBITDA réalisé en 2019 si vous êtes en 2020 par exemple. 

Un ratio forward looking est un ratio qui utilise une métrique financière avec une valeur future, une valeur par conséquent qui provient soit de vos propres travaux d’estimations futures soit d’un consensus d’analystes. Si vous souhaitez toujours utiliser le multiple d’EV/EBITDA, vous allez donc prendre pour valeur d’EBITDA une estimation pour l’année à venir, qui peut être soit votre propre estimation, soit celle d’un ou de plusieurs autres analystes (un broker par exemple). Si l’entreprise que vous analysez a eu un EBITDA de 100 M€ l’année dernière et que vous estimez que son taux de croissance est de 10% par an, votre estimation de l’EBITDA forward looking sera donc de 110 M€. 

La distinction est très simple mais elle a pourtant une importance capitale. 

Tout d’abord, les ratios trailing ont l’avantage d’utiliser des valeurs réelles : dans notre exemple l’EBITDA effectivement réalisé par l’entreprise en 2019. La marge d’erreur est donc assez faible (à condition de savoir lire évidemment, mais si vous êtes là on suppose que c’est le cas). En revanche, c’est une méthode qui aura la fâcheuse tendance à valoriser… le passé. Or le but d’un analyste est d’essayer de trouver la valeur future d’une entreprise pour investir avant tout le monde. 

Si c’est effectivement votre cas, c’est-à-dire si vous souhaitez estimer la valeur d’une entreprise dans un an pour savoir si vous devez investir dedans aujourd’hui, alors vous devez utiliser des ratios forward looking. Il vous faut donc faire un travail supplémentaire d’estimation future de la métrique financière que vous regardez (l’EBITDA, le chiffre d’affaires, le net income, etc…). Cela peut évidemment être une source d’erreur supplémentaire mais c’est là toute la valeur ajoutée de l’exercice. 

Enfin, ne comparez jamais des ratios trailing et forward looking. Ce serait en effet une source d’erreur que vouloir appliquer au futur des résultats passés. Si vous souhaitez utiliser un ratio forward looking alors vous devez aussi estimer votre multiple en fonction des résultats futurs estimés des entreprises comparables à la vôtre. 

Dans les parties suivantes de l’article, nous vous donnerons les formules des ratios sans distinction de trailing ou forward looking, puisque les équations sont indépendantes de cette subtilité. C’est à vous, au moment où vous les utiliserez, d’appliquer une valeur passée ou future des métriques qui vous intéressent en fonction de votre objectif.  

P/E ratio ou Price-to-Earnings 

Formule du multiple de valorisation P/E ratio 

Le P/E ratio (prononcé “pi-hi”) est sûrement le multiple de valorisation le plus célèbre. C’est généralement le premier multiple que nous apprenons. Sa formule, très simple, est la suivante : 

P/E ratio = Price / Net Income

ou

P/E ratio = Equity Value / Net Income 

  • Equity Value : L’Equity Value (ou en français, la valeur Equity) représente la valeur des fonds propres d’une entreprise c’est-à-dire la valeur de l’entreprise qui revient uniquement aux actionnaires. L’Equity Value peut être calculée de deux manières différentes, soit en déterminant la market capitalization de l’entreprise, soit en utilisant le bridge Enterprise Value – Equity Value. Nous invitons celles et ceux qui souhaitent obtenir plus d’informations sur l’Equity Value, de consulter l’article que nous avons rédigé sur cette notion.  
  • Net Income : c’est le résultat net d’impôts de vos entreprises comparables ou de votre entreprise cible. 

Vous pouvez soit calculer le P/E en raisonnant par action, c’est-à-dire prendre comme “ Equity Value ” le prix de l’action et comme “ Net Income” le résultat net par action, soit raisonner à l’échelle de l’entreprise et prendre comme “ Equity Value ” sa valeur boursière totale et comme “ Net Income” son résultat net total. 

Avantages du P/E ratio 

Le premier avantage du P/E ratio est le fait qu’il utilise une métrique, le résultat net d’impôts, très complète. Par « complète », nous entendons le fait que cette métrique intègre aussi bien les résultats opérationnels de l’entreprise que ses résultats financiers et ses contraintes fiscales.  

Par extension, c’est donc aussi un multiple de valorisation fondé sur une métrique très proche de la capacité de l’entreprise à payer des dividendes et qui est donc particulièrement intéressante pour un investisseur. 

De plus, c’est un multiple qui ne nécessite que peu, voire pas, de retraitements financiers et comptables. Tout au plus, les résultats exceptionnels. Si vous avez le résultat net d’une entreprise et son cours de bourse, vous pourrez donc calculer hyper facilement son P/E ratio. 

Inconvénients du P/E ratio 

C’est paradoxalement de son principal avantage que provient aussi le principal inconvénient du P/E ratio : le fait que ce soit un ratio qui intègre tous les aspects financiers et opérationnels d’une entreprise.  

En effet, il peut arriver qu’une entreprise avec de bons résultats opérationnels affiche malgré tout un résultat net nul ou négatif à cause de sa charge d’intérêts ou de ses résultats fiscaux. Dans ce cas, le P/E ratio devient inapplicable à moins de considérer de manière assez brutale que cette entreprise ne vaut rien, ce qui est évidemment faux.  

De la même manière, le résultat net peut-être très volatil d’une année sur l’autre à cause des charges d’intérêts ou fiscales, ce qui peut donc rendre le P/E ratio très volatil lui aussi, particulièrement pour des entreprises jeunes ou petites. 

Par conséquent, le P/E ratio s’utilise plutôt sur des sociétés de taille assez importante, pour lesquelles le résultat net est assez stable et positif. 

Justified P/E ratio 

Formule du justified P/E 

Le Justified P/E est une manière différente de calculer le P/E ratio souvent utilisée par les analystes financiers. 

Si vous avez bien appris vos cours de finance, vous savez sans doute que la formule de Gordon Growth permet de calculer la valorisation d’une action en fonction des dividendes qu’elle paie, de son taux de croissance et de son cost of equity. Il suffit donc d’utiliser cette formule pour remplacer l’ “ Equity Value ” dans la formule du P/E et cela donne l’équation suivante : 

Justified P/E = [ Payout ratio * (1+g)] / (r – g) 

où : 

Payout ratio : le pourcentage de résultat net distribué en dividendes 

g : le taux de croissance attendu pour l’entreprise 

r : le taux d’actualisation, dans notre cas, le Cost of Equity

 

Avantages du Justified P/E ratio 

Le Justified P/E présente l’avantage de pouvoir être comparé au forward looking P/E pour juger du prix d’une action et savoir si elle est actuellement surévaluée, normalement évaluée ou sous-évaluée : 

  • Justified P/E >  Forward P/E : l’action est sous-évaluée par le marché et par conséquent, son cours pourrait être amené à monter, ce qui est un signe qu’elle pourrait être un bon investissement. 
  • Justified P/E = Forward P/E : l’action est correctement  » pricée « . 
  • Justified P/E < Forward P/E : l’action est surévaluée par le marché et vous ne devriez donc pas investir dedans car il y a un risque pour que le marché corrige cette surévaluation et que le prix diminue. 

Inconvénients du Justified P/E ratio 

Le principal inconvénient du Justified P/E est sa plus grande difficulté que les autres ratios à être calculé. Il nécessite plus de variables à estimer, comme le taux de croissance ou le cost of equity, ce qui augmente les chances de faire des erreurs. 

Ce n’est donc pas un ratio que nous pouvons utiliser d’un claquement de doigts et son résultat dépendra fortement de vos estimations des variables nécessaires à son calcul. 

Price-to-Book ratio 

Formule du multiple de valorisation price-to-book ratio 

Le multiple de valorisation “price-to-book » compare la valeur de marché des parts de l’entreprise et sa valeur comptable de ses fonds propres.  

La formule pour le calculer et la suivante : 

P/B ratio = Market Capitalization / Shareholders’ Equity 

Les Shareholders’ Equity représentent la valeur comptable des fonds propres d’une entreprise. Ils peuvent être calculés comme suit : 

Shareholders’ Equity = Valeur comptable totale des actifs – Valeur comptable totale des dettes 

Avantages du price-to-book ratio 

Le P/B ratio permet de déceler les entreprises sous-évaluées par le marché, pour lesquelles la valeur de marché est inférieure à la valeur comptable, ce qui peut être vu comme une “aberration”.  

C’est aussi un ratio qui a l’avantage de ne pas nécessiter beaucoup de retraitements comptables pour l’utiliser. 

De plus, c’est un ratio qui prend en compte le niveau d’endettement de l’entreprise puisque plus l’endettement est élevé plus la valeur nette comptable sera basse et donc plus le ratio sera haut. Un P/B ratio très élevé permet donc d’identifier et d’éviter les entreprises surendettées. En effet, appliquer un P/B trop élevé aux métriques d’une entreprise surendettée aboutira, inévitablement, à une surévaluation.

Enfin, la valeur comptable des fonds propres est une métrique qui garde une trace des résultats passés de l’entreprise via les lignes comptables de réserves et de reports à nouveaux. 

Inconvénients du price-to-book ratio 

Malgré ses avantages, pour plusieurs raisons, l’utilisation de la valeur nette comptable reste assez limitée dans une optique de valorisation. 

Tout d’abord, les règles comptables peuvent simplement varier d’un pays à l’autre. 

Mais surtout, les résultats comptables peuvent parfois fortement différer des résultats économiques. C’est notamment pour cette raison que le P/B est un multiple de valorisation qui est plus souvent utilisé comme un ratio de vérification plutôt que comme un pur ratio de valorisation. Il permet de vérifier que l’entreprise ne présente pas de différence particulière en comparaison à ses concurrents. Au contraire, si ce ratio diverge fortement entre deux entreprises du même secteur, cela doit vous mettre la puce à l’oreille et vous pousser à continuer votre analyse pour trouver une explication logique à cette différence. 

Price-to-Sales ratio 

Formule du multiple de valorisation price-to-sales ratio 

Le price-to-sales, ou P/S est un multiple de valorisation qui utilise pour principale métrique le chiffre d’affaires de l’entreprise. Voici sa formule pour le calculer : 

P/S ratio = Price / Sales 

Le numérateur « Price » représente le prix de l’action sur les marchés (ou la valorisation boursière totale) et le dénominateur « Sales » représente le chiffre d’affaires de l’entreprise par action (ou total si vous utilisez la valorisation boursière totale à la place du prix de l’action). 

Avantages du price-to-sales ratio 

Le Price-to-Sales est facile à utiliser ce qui est évidemment un avantage fort. Par facile, nous entendons autant la facilité mathématique (une simple division) que financière puisqu’il ne nécessite aucun retraitement comptable ni aucune estimation particulière. 

De plus, c’est un multiple de valorisation qui prend en compte la capacité opérationnelle d’une entreprise à vendre son produit ou son service : élément clé du succès vous en conviendrez. 

Enfin, c’est un ratio qui peut facilement être utilisé pour des petites entreprises, comme des startups, encore trop jeunes pour faire des bénéfices et pour qui, le P/E ratio n’est donc pas adapté bien qu’elles vendent malgré tout déjà leur production. 

Inconvénients du price-to-sales ratio 

Le principal inconvénient du P/S ratio est le fait qu’il ne prenne pas du tout en compte la structure de coût de l’entreprise. 

Un gros chiffre d’affaires est forcément bon signe, mais si l’entreprise vend malgré tout à perte, ce n’est pas le P/S qui vous le dira. 

Attention donc avec ce ratio très pratique mais qui peut être source d’erreur s’il est utilisé trop à la hâte. 

PEG ratio, ou Price earnings to Growth 

Formule du multiple de valorisation PEG ratio 

Le PEG ratio, aussi appelé Price earnings to Growth, permet de juger de la valeur d’une action en fonction d’une part de ses bénéfices mais aussi de son taux de croissance. Voici sa formule : 

PEG ratio = (Price / Earnings) / Growth 

Comme vous pouvez le constater, le numérateur est tout simplement le P/E ratio et le dénominateur le taux de croissance attendu des bénéfices de l’entreprise. 

Avantages du PEG ratio 

Le PEG ratio permet, comme le Justified P/E, de juger du caractère sur ou sous coté d’une action : 

PEG > 1 : l’action est surcotée et n’est donc pas un bon investissement. 

PEG = 1 : l’action est correctement pricée sur le marché. 

PEG < 1 : l’action est sous-cotée et peut donc être un bon investissement. 

Inconvénients du PEG ratio 

Le principal inconvénient du PEG ratio est la difficulté d’estimer le taux de croissance que vous placez au dénominateur. 

Le résultat dépend en effet fortement de ce taux et les estimations peuvent varier d’un analyste à l’autre. 

EV/Revenues ratio 

Formule du multiple de valorisation EV/Revenues ratio 

On passe maintenant à un ratio qui permet non pas d’estimer le prix de l’equity ou de l’action d’une entreprise mais sa valeur totale : l’Enterprise Value, abrégée EV. 

Cela mérite quelques précisions : la valeur de l’equity est la valeur des parts de capital social de l’entreprise. C’est donc le prix à payer pour acheter le capital social afin d’en devenir actionnaire à 100%. 

Mais si vous savez à quoi ressemble un bilan d’entreprise alors vous savez qu’il ne contient pas que le capital social. Il y a aussi les dettes de la société. L’Enterprise Value, contrairement à l’Equity value, comprend toute la valeur du bilan. Le rapport entre les deux est donc le suivant : 

Enterprise Value = Equity Value + Debt + Preferred Stock + Minority Interests – Cash & Cash Equivalents 

Cette formule est appelée “ l’equity bridge ”. Dans le cas d’une entreprise cotée, l’Equity Value est tout simplement sa capitalisation boursière totale. 

Pour en revenir à notre multiple de valorisation EV / Revenues, maintenant que vous savez à quoi correspond l’acronyme EV pour Enterprise Value, voici sa formule : 

EV/Revenues = Enterprise Value / Chiffre d’affaires total 

Une fois ce ratio calculé pour quelques autres entreprises concurrentes de celle qui vous intéresse, il vous suffit d’appliquer votre multiple au chiffre d’affaires de votre entreprise cible pour estimer son Enterprise Value. Un simple produit en croix donc. 

Et si vous souhaitez ensuite connaitre non pas son Enterprise Value mais uniquement son Equity Value, il vous suffit d’utiliser la formule de l’Equity Bridge que nous vous avons donné précédemment afin de retirer les dettes financières, les preferred stocks, les intérêts minoritaires et d’ajouter son cash. 

Avantages du EV/Revenues ratio 

Comme pour le Price to Sales ratio, l’avantage de l’EV/Revenues est qu’il est très simple à utiliser et ne nécessite pas de retraitement comptable ou financier particulier. 

De plus, le chiffre d’affaires témoigne de la capacité de l’entreprise à générer du volume de vente uniquement et peut donc s’appliquer même à de jeunes sociétés, qui vendent déjà mais qui ne font pas de bénéfices pour autant. 

Enfin, l’Enterprise Value vous permet d’avoir une idée de la valeur totale de l’entreprise, pour acquérir non seulement son capital social mais aussi les droits qu’elle a envers ses créanciers.

 

Inconvénients du EV/Revenues ratio 

Attention cependant, l’Enterprise Value n’est pas représentative de la somme à débourser pour acquérir l’entreprise. Si vous souhaitez calculer le prix à débourser pour devenir le seul actionnaire de l’entreprise, il faut donc bien calculer l’Equity Value une fois que vous avez son Enterprise Value, le tout grâce à la formule de l’Equity Bridge. 

De plus, concernant le dénominateur cette fois, le fait de prendre le chiffre d’affaires de l’entreprise ignore totalement la structure de coût de l’entreprise, comme avec le ratio du Price-to-Sales. Ce ratio peut donc vous donner une valeur d’entreprise élevée pour une entreprise avec un gros chiffre d’affaires, alors même qu’elle peut être déficitaire en termes de résultat net. 

EV/EBITDA ratio 

Formule du multiple de valorisation EV/EBITDA ratio 

L’EV / EBITDA est aussi un multiple de valorisation qui permet de calculer l’Enterprise Value d’une entreprise. C’est d’ailleurs l’un des multiples de valorisation les plus utilisés du monde de la finance, notamment dans le secteur du private equity ou des LBO

Voici la formule du multiple : 

EV/EBITDA = Enterprise Value / EBITDA  

Comme pour le ratio EV/Revenues, il vous faut d’abord calculer le ratio pour des entreprises concurrentes de celle qui vous intéresse. Ensuite appliquez ce multiple à l’EBITDA de votre entreprise cible pour en déduire son Enterprise Value. 

On utilise toujours l’Enterprise Value et l’EBITDA ensemble, et non pas le prix de l’equity, parce que l’EBITDA est un résultat financier qui se situe avant le paiement des intérêts de la dette aux créanciers. Par conséquent, on l’utilise avec l’Enterprise Value qui lui aussi contient les dettes de l’entreprise qu’elle doit à ses créanciers, contrairement au prix de l’equity qui ne contient pas les dettes. 

Avantages du EV/EBITDA ratio 

Le premier avantage de l’EV/EBITDA est qu’il permet d’estimer la valeur totale de l’entreprise, dettes incluses. Il est donc plus global qu’un ratio qui utilise le prix de l’equity. 

En outre, c’est le seul multiple de valorisation qui permet d’utiliser l’EBITDA. Or l’EBITDA est un résultat financier très utilisé dans le monde de la finance car il reflète les résultats opérationnels de l’entreprise, donc sa capacité à performer sur son secteur d’activité, et ignore les aspects non opérationnels que sont les dettes et les impôts. 

Inconvénients du EV/EBITDA ratio 

L’inconvénient de l’EV/EBITDA est qu’il nécessite des retraitements comptables et financiers pour être utilisé proprement. 

En effet, il faut utiliser un EBITDA normalisé. Par conséquent, retirer de l’EBITDA tous les effets non récurrents qui peuvent se produire sur une seule année. Si par exemple l’entreprise fait face à un coût exceptionnel qui n’est pas amené à se reproduire les années suivantes, il vaut mieux le retirer avant de calculer ou d’utiliser votre ratio. 

Comment utiliser les multiples de valorisation étape par étape 

Maintenant que nous avons vu les formules de chaque multiple de valorisation, il reste à voir comment les utiliser. Voici un guide pas à pas pour ce faire : 

  1. Création d’une liste d’entreprises comparables à l’entreprise que nous souhaitons valoriser. Essayez d’en trouver plusieurs, entre 2 et 5. Ces entreprises doivent exercer dans le même secteur d’activité que la vôtre. Elles doivent également être, dans la mesure du possible, être d’une taille à peu près similaire. 
  1. Pour chaque entreprise comparable que vous avez trouvée, calculez le multiples de valorisation qui vous intéresse : P/E, EV/EBITDA, Price-to-Sales par exemple. Si besoin, faites les retraitements comptables et financiers nécessaires pour chaque ratio, par exemple pour calculer l’EBITDA normalisé pour le calcul de l’EV/EBITDA. 
  1. Pour chaque multiple sélectionné, calculer le multiple moyen de valorisation de votre échantillon d’entreprises comparables : un P/E moyen, un EV/EBITDA moyen, etc… 
  1. Appliquez chacun de ces multiples de valorisation moyen à la métrique financière de votre entreprise cible : à son résultat net pour le P/E moyen, à son EBITDA pour l’EV/EBITDA moyen, à son chiffre d’affaires total pour le Price-to-Sales moyen, etc… 
  1. Vous pouvez alors afficher vos résultats dans un tableau puisque chaque multiple de valorisation vous donnera un résultat de valorisation différent. A vous d’analyser et de comprendre ces différences. 

Ces différentes étapes s’appliquent aussi bien aux multiples boursiers qu’aux transactions comparables.

Enfin sachez qu’une valorisation par les multiples doit souvent être complétée par une autre méthode de valorisation, par exemple par les DCF. 

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Téléchargez votre guide OFFERT :

 "Les 5 secrets pour réussir sa carrière en finance"

Rédigé par 2 managers seniors


Tu aimeras surement les articles suivants :

Ils nous citent :

Cnews.fr, le leader français de l'actualité en continue nous cite dans son article sur la réussite d'une carrière financière.

LegaVox.fr, le site juridique de référence en France nous cite dans son article sur les juristes corporate en M&A.

CréationEntreprise.fr, le site de référence sur l'entrepreneuriat nous cite dans son article sur la maîtrise des concepts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}