Chiffre d’affaires : le guide complet

  • Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Chiffre d’affaires : le guide complet

A moins de sortir d’une grotte, vous avez tous, au moins une fois dans votre vie, déjà entendu parler du chiffre d’affaires. Que ce soit en finance ou dans un autre secteur (marketing, entreprenariat, etc…), la notion chiffre d’affaires est absolument incontournable. En effet, le chiffre d’affaires n’est autre que le point d’entrée du flux d’argent d’une entreprise. Il nous semblait donc impossible de ne pas faire un article sur cette notion capitale. Cet article se destinera à celles et ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la notion de chiffre d’affaires. Nous avons regroupé ici tout ce qu’il faut savoir et maitriser pour bien comprendre et cerner cet indicateur financier mondialement connu : définition, formule, interprétations, etc… Nous tâcherons également d’aller plus loin en abordant notamment les points positifs du chiffre d’affaires mais également ses limites sans oublier les différents ratios qui peuvent être calculés à partir de ce dernier. En résumé, cet article sera un véritable guide exhaustif pour celles et ceux qui souhaitent maitriser sur le bout des doigts la notion de chiffre d’affaires. 

Illustration chiffre d'affaires

Définition du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires (bien souvent abrégé « CA ») correspond à la somme des ventes de biens et / ou de services d’une entité. De manière plus précise, le chiffre d’affaires représente l’ensemble des transactions réalisées par une entité avec des tiers dans le cadre de son activité professionnelle.    

Nous précisons « entité » car un chiffre d’affaires peut être généré par d’autres entités qu’une entreprise comme par exemple une association, un actif ou encore l’état (pour ne citer que ces trois exemples).

Pour nos lecteurs les moins avertis, il faut savoir que le chiffre d’affaires est le point d’entrée du compte de résultat d’une entité, c’est-à-dire qu’il se situe tout en haut de cet état financier. En effet, le chiffre d’affaires est réellement le point d’entrée de l’argent d’une entité. C’est à partir de ce dernier qu’en découlent les différents états financiers d’une entreprise, à savoir le compte de résultat, le tableau de flux de trésorerie et le bilan comptable.

Chiffre d’affaires, HT ou TTC ?

La question qui peut se poser est de savoir si le chiffre d’affaires dans un compte de résultat est exprimé HT ( « hors taxes » ) ou TTC ( « toutes taxes comprises » ). Cette interrogation est légitime dans la mesure où lorsqu’une entité encaisse de l’argent d’un tiers, ce dernier paye un prix qui contient de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée). Par conséquent, l’entité reçoit une somme qui contient effectivement de la TVA, donc un montant TTC.

Ce qu’il faut retenir ici est simplement que la TVA est sans impact pour une entité quelconque. En effet, les entreprises ou autres entités sont simplement des collecteurs de TVA puisqu’elles sont dans l’obligation de reverser la TVA collectée à l’état.

En conclusion, le CA trônant tout en haut du compte de résultat est systématiquement considéré comme étant hors taxes. Néanmoins, à des fins analytiques (uniquement), il n’est pas impossible d’avoir affaire à des chiffres affaires exprimé TTC. Cependant, il faut vraiment garder en tête que les états financiers sont construits sur la base d’un chiffre d’affaires hors taxes !  

La formule du chiffre d’affaires

Dans ce chapitre, nous évoquons la formule du chiffre d’affaires qui est certainement l’une des formules les plus simples à retenir du monde de la finance puisqu’il suffit simplement de multiplier le prix de vente et la quantité vendue.

CA = Prix de vente * Quantité vendue

Prenons l’exemple d’une entreprise lamba qui vend des véhicules à un prix de vente de 20 000€ par véhicule. Sur le mois de décembre, l’entreprise vend 50 véhicules. Le chiffre d’affaires de cette entreprise sur le mois de décembre sera égal à un million d’euros.

CA mois de décembre = 20 000€ * 50 véhicules = 1 000 000€.

Cet exemple met réellement en avant la simplicité d’utilisation de la formule du chiffre d’affaires. En effet, cette formule est accessible de tous et ne nécessite pas des compétences poussées en mathématiques ou en finance. Ce qui complexifie le calcul du chiffre d’affaires est l’activité même de l’entreprise. En effet, chaque secteur d’activité présentera un chiffre d’affaires spécifique même si la conception de ce dernier reste la même, c’est-à-dire prix de vente multiplié par la quantité vendue.

Pour illustrer notre propos, prenons l’exemple d’un parc solaire qui produit et vends de l’électricité à une entreprise lambda via un contrat d’achat d’électricité ainsi que sur le marché de l’électricité. Dans cet exemple, la quantité vendue correspondra à la quantité d’électricité que le parc solaire pourra effectivement vendre. En effet, la quantité d’électricité dépendra de nombreux facteurs tels que la ressource solaire que le parc pourra exploiter (c’est-à-dire l’ensoleillement du site), le type de panneaux utilisés, la quantité de panneaux sans oublier qu’il faudra tenir compte de certains éléments dans le temps comme par exemple l’usure des panneaux. Concernant le prix de vente, une partie de l’électricité sera vendue à une entreprise avec qui les conditions de prix seront négociées (exemples : le prix d’achat d’électricité, l’inflation de ce prix d’achat, la quantité d’énergie vendue, la durée du contrat d’achat, etc…) tandis qu’une autre partie sera vendue sur le marché de l’électricité où les prix sont fluctuants.

Plutôt que de vous perdre avec des spécificités sectorielles, l’idée ici est de retenir que, quel que soit la complexité de l’activité, le chiffre d’affaires se calcule toujours de la même manière : prix de vente multiplié par quantité vendue. Dans notre exemple, en résumé, le parc solaire vendra une certaine quantité d’énergie électrique à un certain prix de vente. Notre but aussi est d’avertir notre lecteur que, d’une entité à une autre, chaque chiffre d’affaires aura ses propres particularités et problématiques.

Comment interpréter le chiffre d’affaires ?

La première chose à savoir avec le chiffre d’affaires est que c’est un indicateur financier qui ne peut pas être négatif. Il est impossible d’avoir une quantité vendue négative ou un prix de vente négatif.

Le chiffre d’affaires est un indicateur qui s’exprime en devise. Ainsi, vous pourrez avoir affaire à un chiffre d’affaires en euros, en dollars, en yuan, etc… en fonction de l’entreprise que vous étudierez.

Le chiffre d’affaires peut aussi bien être présenté en valeur nominale (« € »), en kilo euros (« K€ ») ou en million d’euros (« M€ »). Nous communiquons les différentes écritures d’un CA d’un million d’euros ci-dessous :

  • Ecriture en valeur nominale = 1 000 000€.
  • Ecriture en kilo euros = 1 000K€.
  • Ecriture en million d’euros = 1M€.

Comme vous l’avez deviné, en partant de la valeur nominale, il suffit de diviser respectivement 1 000 000€ par 1000 ou 1000000 pour obtenir l’écriture en kilo euros ou en million d’euros.

L’importance du chiffre d’affaires

Comme vous pouvez l’imaginer, le chiffre d’affaires est un indicateur financier et économique très important lorsqu’il s’agit d’analyser l’activité d’une entité. C’est dans ce chapitre que nous revenons sur les différents traits importants qu’il faut retenir lorsqu’il est question de CA (cette liste est bien évidemment non exhaustive) :

Source d’argent pour l’entité

Le chiffre d’affaires est la source principale de revenus de quelconque entité. C’est d’ailleurs à ce titre que nous retrouvons le chiffre d’affaires en tête du compte de résultat et c’est ce qui en fait toute son importance. En effet, le flux d’argent d’une entité démarre tout en haut du compte résultat par le chiffre d’affaires auquel nous allons retrancher toutes les charges et taxes de l’entreprise pour déterminer son résultat net. L’argent continue ensuite son chemin dans le tableau de flux de trésorerie par le biais du résultat net qui est repris tout en haut de ce dernier. Le tableau de flux de trésorerie permettant de déterminer le cash que l’entité génère au terme de son activité. Résultat net et cash disponible iront directement alimenter le bilan comptable. Au travers de cette analyse simplifiée, nous comprenons bien toute l’importance du chiffre d’affaires et nous pouvons deviner les potentiels impacts financiers dus aux éventuelles variations de cet indicateur sur la santé et la pérennité financière de l’entité étudiée.

Indicateur d’activité

Comme nous l’indiquons dans le titre de cette sous partie, le chiffre d’affaires est un véritable indicateur d’activité.

Dans un premier temps, il va permettre de renseigner le niveau et l’étendue de l’activité d’une entité. C’est en comparant le chiffre d’affaires de chaque entité que nous pouvons déterminer, plus ou moins, l’ampleur d’une entreprise. C’est d’ailleurs grâce à l’analyse du chiffre d’affaires que nous pouvons aussi définir si deux entreprises peuvent être comparées ou non. A titre d’exemple, il sera difficile de comparer une entreprise comme Toyota ; qui a généré un chiffre d’affaires de 219 milliards d’euros sur l’exercice fiscal clôturé le 31 mars 2021 ; avec une entreprise comme Jaguar Land Rover dont le chiffre d’affaires sur le même exercice s’est élevé à environ 23 milliards d’euros (taux de change utilisée à la date de rédaction de l’article)   

https://media.toyota.fr/toyota-motor-corporation-publie-ses-resultats–sur-lexercice-fiscal-2020-2021-et-reaffirme-son-engagement-envers-la-neutralite-carbone/

https://www.jaguarlandrover.com/investor-relations

Dans un second temps, une analyse poussée du chiffre d’affaires permet de déterminer la solidité de l’activité d’une entité et donc de la solidité de ses sources de revenus. Pour rester dans l’exemple des constructeurs automobiles, une entreprise dont le chiffre d’affaires repose à 80% ou plus sur les ventes d’un seul et unique véhicule sera jugée comme risquée en comparaison à un constructeur automobile dont les ventes seront plus ou moins équitablement réparties sur plusieurs véhicules différents. En effet, dans l’hypothèse où le véhicule en question serait amené à ne plus se vendre, c’est toute la santé financière de l’entreprise qui pourrait être mise en péril. Cette analyse du chiffre d’affaires fonctionne pour toutes les entités quel que soit le secteur d’activité.

Un indicateur de confiance

Lorsqu’une entité est analysé d’un point de vue financier, c’est bien le chiffre d’affaires qui sera scruté en premier. En complément de ce que nous avons dit dans le sous chapitre précédent, il faut savoir que le chiffre d’affaires est aussi étudié et comparé dans le temps. Ainsi, une entité sera jugée comme étant moins risquée si elle génère le même niveau de chiffre d’affaires sur plusieurs années passées. Comme vous pouvez l’imaginer, cette analyse permettra de rassurer tous les tiers avec qui l’entreprise aura des relations impliquant des aspects financiers comme par exemples les banques lors de la souscription d’un emprunt, des fournisseurs lors de négociation de contrats ou encore de futurs investisseurs qui seraient susceptibles d’investir dans l’entreprise en question.

Un indicateur de croissance

Lorsqu’il s’agit d’analyser la croissance d’une entité, c’est bien le chiffre d’affaires qui est passé au crible. L’analyse du chiffre d’affaires permettra de mesurer l’évolution de l’entreprise et de son activité. A défaut d’apporter des informations cruciales, la croissance d’une entité sera comparée avec celle d’autres entités pour déterminer le niveau de performance de chacune. Une énième raison qui prouve l’importance du chiffre d’affaires et de la nécessité de le montrer si vous envisagez une carrière en finance.  

Un élément de valorisation

Pour certaines entités spécifiques, le chiffre d’affaires peut être utilisé pour déterminer la valorisation d’une entité dans le cadre d’un processus de cession ou d’acquisition. Comme nous l’avons dit dans notre article sur les multiples de valorisation, le Price-to-Sales ratio peut être retenu lors de la valorisation d’une entité. Or, il faut savoir que le price-to-sales est un multiple qui utilise comme principale métrique le CA d’une entité. Nous rappelons la formule ci-dessous à titre informatif :

P/S ratio = Price / Sales

Dans cette formule, le numérateur « Price » représente le prix de l’action de l’entreprise (ou la valorisation boursière totale) et le dénominateur « Sales » représente le chiffre d’affaires de l’entreprise par action (ou chiffre d’affaires total si vous utilisez la valorisation boursière totale à la place du prix de l’action). 

Un autre multiple souvent retenu dans le cadre d’une valorisation est le multiple EV / Revenues. L’acronyme EV fait référence à l’Enterprise Value, autrement dit la Valeur Entreprise. Ainsi, ce multiple compare la valeur entreprise d’une entité par rapport au CA qu’elle génère.

Quelles sont les limites du chiffre d’affaires ?

Comme tous les indicateurs financiers, le chiffre d’affaires a des avantages (que nous avons largement décris précédemment) mais également des inconvénients que nous allons étudier dans ce chapitre. Vous trouverez donc ci-dessous une liste non exhaustive des principales limites qu’il faut avoir en tête lorsque nous analysons un chiffre d’affaires.

Chiffre d’affaires n’est pas égale à rentabilité

Le chiffre d’affaires doit s’analyser avec beaucoup de précaution dans la mesure où il n’est pas forcément synonyme de rentabilité. En effet, comme nous l’avons répété à maintes reprises au cours de cet article, le chiffre d’affaires trône sur le compte de résultat. A ce titre, il se situe donc avant toutes les charges et taxes. L’appréciation de la rentabilité d’une entité s’effectuera grâce à l’analyse du résultat net qui lui, à l’inverse du chiffre d’affaires, se situe tout en bas du compte de résultat, c’est-à-dire après toutes les charges et taxes. Il faut donc bien garder en tête que, quel que soit le niveau de chiffre d’affaires que vous avez en face des yeux, cela ne veut pas dire que l’entité en question engrange des bénéfices.

Certaines entreprises peuvent même enregistrer des pertes malgré un chiffre d’affaires colossal. C’était par exemple le cas de l’entreprise Tesla qui, en 2016 et 2017, enregistrait respectivement un chiffre d’affaires de 7 et 11 milliards de dollars pour des pertes respectives de 600 millions de dollars et de plus de 2 milliards de dollars (page 73).

C’est également le cas de l’entreprise Spotify qui a enregistré un CA de presque 7 milliards d’euros en 2019 pour un résultat net négatif de 186 millions d’euros (page 109).

Chiffre d’affaires n’est pas égale à cash disponible

En lien avec le point précédent et pour les mêmes raisons, le chiffre d’affaires ne permet de pas renseigner si l’entreprise engrange effectivement de l’argent au terme de son exercice. C’est la raison pour laquelle l’étude financière d’une entité ne doit pas reposer sur l’unique analyse de son chiffre d’affaires. Cette dimension cash est importante à prendre en compte dans la mesure où, par exemple, lorsqu’une entité souhaite emprunter de l’argent, c’est sur la base de son flux de trésorerie disponible (« cash-flow available for debt service » pour être tout à fait précis) qu’une banque estimera combien elle peut prêter, et non sur la base de son chiffre d’affaires. Il est par ailleurs tout à fait possible qu’une entreprise enregistre un chiffre d’affaires conséquent sur un exercice mais ne parvienne pas à générer du cash sur cette même période.

Les ratios de chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires peut faire l’objet de nombreux ratios financiers dans le cadre d’une analyse financière. Il est donc important que vous ayez connaissance de ces ratios et de leur signification. Nous dressons donc une liste non exhaustive des principaux ratios financiers calculés à partir du CA d’une entité.

Taux de croissance du chiffre d’affaires

Comme nous l’avons dit un peu plus haut dans cet article, le CA peut permettre de calculer la croissance de l’activité d’une entreprise, élément phare de comparaison lors de l’analyse financière d’une entreprise. Pour calculer ce dernier, il suffit simplement de calculer le taux de croissance du chiffre d’affaires. Pour ce faire, il existe deux formules que nous indiquons ci-dessous :

(chiffre d’affaires année n – chiffre d’affaires année n-1) / chiffre d’affaires année n-1

Ou

(chiffre d’affaires année n / chiffre d’affaires année n-1) – 1

A titre d’exemple, nous supposons une entreprise lambda qui enregistre un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros sur l’année 2020 et un chiffre d’affaires de 115 millions d’euros sur l’année 2021. Son taux de croissance sera égal à 15% et nous indiquons le détail des formules ci-dessous :

(115M€ – 100M€) / 100M€ = 0.15 soit 15%

Ou

(115M€ / 100M€) – 1 = 0.15 soit 15%

Taux de rentabilité d’exploitation

Le CA est un indicateur financier important dans la mesure où il servira à calculer le taux de rentabilité d’exploitation d’une entité. En effet, cet indicateur a pour objectif de comparer le résultat d’exploitation d’une entité (« EBIT » en anglais) par rapport à son CA. Il sera exprimé en pourcentages. Nous indiquons la formule du taux de rentabilité d’exploitation ci-dessous :  

Taux de rentabilité d’exploitation = EBIT / CA

En reprenant l’exemple précédent, nous estimons que l’entreprise lambda a réalisé un EBIT de 23 millions d’euros au terme de l’exercice 2021. Ainsi, nous pouvons calculer que son taux de rentabilité d’exploitation est égal à 20%. Nous indiquons le détail du calcul ci-dessous :

Taux de rentabilité d’exploitation = 23M€ / 115M€ = 0.2 soit 20%.

Taux de rentabilité nette

Le taux de rentabilité nette est similaire au taux de rentabilité d’exploitation. Néanmoins, il se différencie du taux de rentabilité d’exploitation dans la mesure où il prend en considération le résultat net (« Net Income » en anglais) de l’entité et non son résultat d’exploitation. Ainsi, le taux de rentabilité nette rapporte le résultat net au chiffre d’affaires. Encore une fois, le résultat de ce ratio s’exprime en pourcentages. Nous indiquons la formule ci-dessous :

Taux de rentabilité nette = Résultat net / chiffre d’affaires

En poursuivant l’exemple de l’entreprise lambda qui réalise un chiffre d’affaires de 115 millions d’euros, nous savons, cette fois-ci, que son résultat net s’élève à 2,3 millions d’euros. Nous pouvons donc calculer que son taux de rentabilité nette est de 2%. Le calcul ci-dessous :

Taux de rentabilité nette = 2,3M€ / 115M€ = 0.02 soit 2%.

Price-to-sales ratio

Nous l’avons rapidement abordé plus haut dans cet article mais nous en profitons pour revenir dessus plus en détails dans cette sous partie. Il est important de savoir que le Price-to-sales ratio peut avoir deux dimensions qui mènent au même résultat. Une dimension globale qui comparera la capitalisation boursière de l’entreprise rapport au chiffre d’affaires qu’elle génère et une dimension par action où nous rapporterons le prix par action de l’entreprise rapport à son chiffre d’affaires par action. Ce ratio est souvent retenu comme multiple de valorisation dans le cadre d’évaluation financière d’entreprises. Nous indiquons ces deux formules ci-dessous.  

Price-to-sales ratio global = capitalisation boursière / chiffre d’affaires

Ou

Price-to-sales ratio par action = prix par action / chiffre d’affaires par action

Nous utiliserons, une fois de plus, l’exemple de l’entreprise lambda qui génère 115 millions d’euros de chiffre d’affaires. Nous supposons que le capital de l’entreprise se compose d’un million d’actions. Nous supposons également que le prix d’une action est égal à 50€. A ce stade, nous disposons de suffisamment d’informations pour dire que le Price-to-sales ratio de cette entreprise est de 0.4x. Le détail des calculs ci-dessous.  

Capitalisation boursière = 1 000 000 d’actions * 50€ par action = 50 000 000€

Price-to-sales ratio global = 50M€ / 115M€ = 0.434783… soit 0.4x

Ou

CA par action = 115 000 000€ / 1 000 000 d’actions = 115€ par action

Price-to-sales ratio par action = 50€ / 115€ = 0.434783… soit 0.4x

EV / Revenues

Nous bouclerons ce chapitre sur les principaux ratios qui peuvent être calculés à partir du chiffre d’affaires en abordant le ratio Enterprise Value / Revenues. Ce ratio, comme son nom l’indique, consiste simplement à diviser l’Enterprise Value de l’entreprise en question par le CA qu’elle génère. Comme pour le Price-to-sales ratio, l’EV / Revenues est un ratio que nous retrouvons bien souvent lors d’évaluations financières en tant que multiple de valorisation. La formule ci-dessous.

Enterprise Value / Revenues = Valeur entreprise / CA

Encore une fois, toujours le même exemple que pour les ratios précédents. En supposant que l’Enterprise Value de notre entreprise lambda est égale à 200 millions d’euros, nous pouvons dire que son ratio EV / Revenues est égale à 1,74x.

Enterprise Value / Revenues = 200M€ / 115M€ = 1,73913… soit 1,74x.

Les dix plus gros chiffre d’affaires au monde

Nous terminerons cet article sur le CA en vous proposant les 10 plus gros chiffre d’affaires au monde. Les données que nous présenterons dans ce chapitre sont arrêtées au 16 avril 2021 et englobent les 12 derniers mois d’activité. Notez aussi que les chiffres d’affaires que nous présenterons seront exprimés en dollars. Il nous semble intéressant de proposer ce classement afin que notre lecteur puisse comprendre quelles sont les entreprises et les activités économiques qui dirigent le monde actuellement. Il faut cependant garder en tête que ce classement n’est pas fixe et qu’il est amené à évoluer dans le temps.

1- Walmart : 559,2 milliards de dollars

La première place de ce classement est occupée par Walmart, une entreprise américaine spécialisée dans la grande distribution. Si vous n’avez jamais eu l’occasion de voyager aux Etats-Unis, il est possible que cette entreprise ne vous soit pas familière. De manière très simple, Walmart n’est autre que le Carrefour américain, répondant sous le nom de « Asda » au Royaume-Uni et de « Seiyu » au Japon. Walmart domine le monde par son chiffre d’affaires colossal depuis 2013 et ne risque pas de céder sa place de sitôt, surtout lorsqu’on sait qu’en 2019, les magasins Walmart ont accueilli plus de 275 millions de personnes dans le monde.

2- Amazon : 386,1 milliards de dollars

Walmart est ainsi précédé par le géant (encore une fois) américain du commerce en ligne : Amazon. Comme vous le savez déjà tous, Amazon a été créé en 1994 par le désormais célèbre (et multi milliardaire) Jeff Bezos. Saviez-vous cependant qu’Amazon était d’abord spécialisé dans la vente à distance de livres avant de se diversifier ? Toujours est-il que la croissance et l’essor d’Amazon ont été fulgurants et au regard de la société dans laquelle nous vivons actuellement, à l’ère du numérique, il est évident que cette seconde place n’est pas volée.

3- Apple : 294,0 milliards de dollars

En troisième position, encore une entreprise américaine : Apple. Faut-il vraiment encore présenter Apple ? Créée en 1976, Apple est principalement connu pour avoir révolutionné le téléphone portable avec la présentation de l’iPhone en 2007. Pour l’époque, ce smartphone était réellement précurseur et en avance sur son temps. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs beaucoup de consommateurs ont acheté Apple et n’ont plus jamais quitté la marque depuis. Après une grande diversification de sa gamme de produits, 14 ans plus tard, Apple continue d’impressionner avec un CA de 294.0 milliards de dollars lui accordant logiquement la troisième place de ce classement. 

4- PetroChina : 280,7 milliards de dollars

Pour la quatrième place de classement, nous retrouvons PetroChina, tout simplement le plus gros groupe pétrolier chinois. Cette entreprise a été créée en 1999 et est spécialisée dans l’exploration, la production, le raffinage et la vente de produits chimiques et de gaz naturel. Pour vous donner un ordre d’idée de ce que représente PetroChina, le CA 2020 de l’entreprise TotalEnergies s’élevait à 140,7 milliards de dollars.

5- Sinopec : 271,1 milliards de dollars

PetroChina est suivi de près par l’entreprise Sinopec, un autre groupe pétrolier et chimique chinois. Fondé en 1998, Sinopec occupe la cinquième place de ce classement avec un CA de 271,1 milliards de dollars.  

6- CVS Health : 268,7 milliards de dollars

Encore une fois, nous retrouvons une entreprise américaine dans ce classement. Si vous n’avez, encore une fois, jamais eu l’occasion de voyager aux Etats-Unis, il est fort probable que vous n’ayez jamais entendu parlé de cette entreprise. CVS Health est une entreprise spécialisée dans les produits pharmaceutiques mais également dans les produits cosmétiques et soins. En quelques chiffres, CVS Health dispose de plus de 7000 magasins dans une quarantaine d’états américains.

7- UnitedHealth Group : 262,9 milliards de dollars

En septième position, nous retrouvons, une fois de plus, une entreprise américaine : UnitedHealth Group. Cette entreprise est spécialisée dans les soins de santé et dans les activités d’assurance.

8- Volkswagen Group : 251,1 milliards de dollars

Nous approchons la fin de ce classement sur les 10 plus gros chiffres d’affaires au monde et c’est le groupe Volkswagen qui occupe la huitième place avec un CA de 251,1 milliards de dollars. Nous supposons que nos lecteurs connaissent très bien cette marque automobile allemande. En revanche, saviez-vous que le groupe Volkswagen se compose de multiples autres marques automobiles comme par exemple : Audi, Seat, Porsche, Lamborghini, Bentley et bien d’autres encore. Rien étonnant d’observer un chiffre d’affaires supérieur à 250 milliards de dollars.   

9- Toyota Motor : 249,4 milliards de dollars

Juste derrière Volkswagen, un autre constructeur automobile. Cette fois-ci, il est japonais et se nomme Toyota. Encore une fois, une marque automobile mondialement implantée et donc mondialement connue. Pour la petite anecdote, le système de production Toyota a donné naissance au toyotisme, système de production où l’efficacité, l’anti-gaspillage et le juste-à-temps sont des valeurs clefs. Même si Toyota possède moins de marques automobiles que Volkswagen, il est tout de même important de noter que Subaru, Lexus ou encore Daihatsu sont bien des marques appartenant au groupe Toyota Motor.  

10- Berkshire Hathaway : 245,5 milliards de dollars

En fermeture de ce classement, nous avons affaire à Berkshire Hathaway, une ancienne entreprise de textile américaine avant d’être transformée en société d’investissement par… Warren Buffett. Pour celles et ceux qui ignorent Warren Buffet, laissez-nous vous dire que sa fortune s’élève à 110 milliards de dollars. Maintenant que vous savez à qui vous avez affaire, il n’est pas étonnant de voir que l’une des entreprises qu’il a possédée, a généré un CA de 245,5 milliards de dollars.

Source : https://www.forbes.com/lists/global2000/#26d890425ac0

La raison d'être de The Big Win est de vous offrir des articles, conseils et explications pour réussir votre carrière en finance :

  • Trouver les meilleurs stages
  • Décrocher les meilleurs jobs
  • Performer mieux que vos collègues à votre poste

Téléchargez votre guide OFFERT :

 "Les 5 secrets pour réussir sa carrière en finance"

Rédigé par 2 managers seniors


Tu aimeras surement les articles suivants :

Ils nous citent :

Cnews.fr, le leader français de l'actualité en continue nous cite dans son article sur la réussite d'une carrière financière.

LegaVox.fr, le site juridique de référence en France nous cite dans son article sur les juristes corporate en M&A.

CréationEntreprise.fr, le site de référence sur l'entrepreneuriat nous cite dans son article sur la maîtrise des concepts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}